En plus du jeune qui a été tué et celui qui a été blessé par balles, d’importants dégâts matériels ont été enregistrés en marge de la manifestation qui a secoué la sous-préfecture de Kolaboui (Boké), dans la journée du lundi, 5 octobre 2020. Et, ce sont les autorités locales qui en sont les principales victimes. La résidence du sous-préfet et la gendarmerie ont été saccagées et pillées, le domicile du maire aussi vandalisé, a constaté le correspondant de Guineematin.com à Boké qui s’est rendu sur place ce mardi matin.

C’est tout simplement une folle journée que les habitants de la commune rurale de Kolaboui ont vécu ce lundi, 5 octobre 2020. Depuis dimanche nuit, des jeunes en colère sont sortis protester contre le manque de courant électrique dans cette localité minière. Un signe prémonitoire de ce qui allait se passer le lendemain. Lundi matin, de nombreux jeunes ont battu le pavé pour exiger le rétablissement de la fourniture du courant électrique. Ils ont érigé des barricades sur les différentes artères principales de la ville, empêchant toute circulation, notamment le transport de la bauxite qui est exploitée dans la zone.

Dans l’après-midi, la tension est montée d’un cran. Plusieurs manifestants sont allés s’attaquer à la résidence du sous-préfet, qui était absent de la localité. Ils ont défoncé les portes pour s’introduire dans la maison, emportant tous les objets qui les intéressaient avant d’incendier le reste. Tous les documents qui étaient sur les lieux ont été éparpillés dans la cour. Située à quelques mètres de là, la gendarmerie de Kolaboui a été également attaquée. Les portes et fenêtres ont été défoncées, le mur cassé par endroits, et le contenu emporté ou saccagé. Ce mardi, aucun agent n’est présent sur les lieux.

Ansoumane Koumbassa, maire de la commune rurale de Kolaboui

Le domicile du maire de cette commune rurale aussi n’a pas été épargné. Même si elle n’a pas subi le même sort que la résidence du sous-préfet, la maison de l’autorité locale a subi quelques dégâts, dont des vitres cassées. « Les jeunes nous ont écrit pour nous demander de trouver une solution pour rétablir la fourniture du courant à Kolaboui. Ils pensent que c’est nous qui ne prenons pas les dispositions pour donner le courant à Kolaboui alors que c’est loin de ça. Je demande aux jeunes de ne pas s’attaquer aux domiciles des gens. Ils peuvent réclamer le courant mais tout en évitons les casses. Parce que cela nous appauvrit encore de plus », a réagi le maire Ansoumane Koumbassa.

Ce mardi, le calme est revenu à Kolaboui mais la vie n’a pas repris son cours normal. Même si la circulation commence à reprendre, les commerces restent fermés et la plupart des activités paralysées. Dans leur majorité, les écoles de la localité n’ont pas fait cours aujourd’hui. Un important dispositif sécuritaire est déployé dans les rues de la commune rurale.

De retour de Kolaboui, Abdourahmane N’Diaré Diallo pour Guineematin.com

Tel: 628-98-49-38

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin