Vol au sein du groupe de médias C24 : l’auteur présumé, libéré par la justice

Le procès de l’auteur présumé du vol survenu le 25 mai 2019 au siège du groupe de médias en ligne C24 News a pris fin ce lundi, 5 octobre 2020. Le tribunal de première instance de Dixinn a déclaré le prévenu non coupable des faits qui lui sont reprochés et a ordonné sa libération, a constaté Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Après l’audition du prévenu et du plaignant le 21 septembre dernier, cette deuxième audience a été consacrée d’abord au témoignage de monsieur Abdoulaye Dem, patron de la société de gardiennage Dem Sécurité. Société qui emploie le vigile Sanoussy Keïta, qui gardait l’immeuble abritant le siège de C24 News lorsque le vol s’est produit et qui est accusé d’en être l’auteur. Après, le tribunal a ouvert la phase des plaidoiries et réquisitions.

Dans ses plaidoiries, l’avocat de la partie civile a laissé entendre que le vigile Sanoussy Keïta et la société Dem Sécurité qui l’emploie sont responsables des faits de vol perpétrés au siège du groupe de C24 News, où un inconnu a dérobé 3 ordinateurs, des chéquiers, 4 passeports, un petit téléphone Samsung, et un porte-monnaie contenant 5 700 euros, 602 dollars, 2 000 francs CFA, 7 000 francs guinéens. Maître Soufiane Kouyaté a demandé donc au tribunal de condamner solidairement le vigile Sanoussy Keïta et la société Dem Sécurité à la réparation du préjudice qu’a subi le groupe de presse C24 News. L’avocat a réclamé également leur condamnation au paiement de 200 millions de francs guinéens à titre de dommages et intérêts.

Par contre, maître Daniel Haba, l’avocat de la défense, a plaide non coupable et demandé la relaxe pure et simple de son client pour délit non établi. « Pendant plus d’une année, la partie civile n’a pas pu brandir des preuves qui montrent que Sanoussy Keïta est l’auteur de ce vol… Je vous prie de balayer d’un revers de la main les prétentions de la partie civile. Et conformément aux articles 533 du code de procédure pénale guinéen, statuez sur siège en relaxant le prévenu Sanoussy Keïta pour délit non établi », a plaidé l’avocat.

De son côté, le ministère public, représenté par Daouda Diomandé, a dit n’avoir aucune preuve contre Sanoussy Keïta. C’est pourquoi le procureur a demandé au tribunal de relaxer purement et simplement le prévenu pour délit non imputable. « Le groupe de presse C24 a été victime de vol. Ça, c’est incontestable. Mais qui est responsable de ce vol ? C’est ça la question. Le prévenu Sanoussy Keïta a dit ici lors des audiences passées qu’il n’a pas accès aux immeubles (où se trouble le siège du groupe de presse). Son rôle c’est enregistrer les visiteurs étrangers qui entrent et qui sortent.

Donc dans cette procédure, il y a un doute. Parce que le vol a été commis au 5ème étage. Et, personne n’a dit qu’il a vu Sanoussy Keïta avec des trois ordinateurs. Les objets retrouvés au niveau d’un PA, personne n’a dit que c’est Sanoussy Keïta qui les a déposés. Donc rien ne me pousse à demander sa condamnation, parce que je n’ai aucune preuve pour dire que c’est lui qui est l’auteur de ce vol. C’est pourquoi le ministère public vous demande de le relaxer purement et simplement pour délit non imputable », a requis Daouda Diomandé.

Après avoir écouté toutes les parties, le tribunal a déclaré le prévenu non coupable des faits qui lui sont reprochés et l’a renvoyé des fins de poursuite. Une décision qui permet au vigile Sanoussy Keïta, en prison depuis le 6 juin 2019, de recouvrer sa liberté. Mais l’avocat de la partie civile a annoncé qu’il va interjeter appel de cette décision pour qu’un nouveau procès puisse se tenir devant la cour d’appel de Conakry.

Saïdou Hady Diallo pour Guineematin.com

Tel : 620589527/654416922

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS