Humanitaire : OSH-GUINÉE apporte son soutien aux enfants et jeunes handicapés

Dans le but de contribuer à la promotion d’une éducation inclusive et adaptée aux personnes handicapées, l’OSH-Guinée (organisation de secours aux jeunes handicapés) a procédé ce mercredi, 7 octobre 2020, au lancement d’un ambitieux projet à Conakry. Ce projet, dénommé : « Amélioration des conditions de vie des jeunes filles et garçons vivant avec handicap », a été financé par Plan International WACA et doit s’étendre progressivement aux préfectures de l’intérieur du pays.

Selon des informations recueillies sur place par Guineematin.com, ce projet de trois mois concerne des jeunes handicapés âgés de 30 ans. Déjà, pour ce premier temps, 15 jeunes (filles et garçons) seront formés en leadership et développement organisationnel, plaidoyer et communication, genre et protection des droits des personnes handicapées.

Au lancement officiel de ce projet ce mercredi à l’université Général Lansana Conté de Sonfonia, la présidente de l’OSH-Guinée, Massoud Barry, a exprimé sa satisfaction de pouvoir aider les personnes handicapées, à travers la formation.

Manssoude Barry, Présidente OSH-GUINEE

« L’objectif principal, c’est d’améliorer les conditions de vie des personnes handicapées, surtout les jeunes filles et les jeunes garçons âgés de 30 ans. On a des objectifs spécifiques, on a des tables-rondes qu’on va organiser. La formation qui débute aujourd’hui, il y a des sensibilisations numériques… Le projet se déroulera prioritairement dans la zone de Conakry et en général sur le territoire national à travers les activités en ligne. Les personnes Handicapées ont la même aspiration. Il s’agit pour elle de jouir leur droit en tant que citoyen à part entière… C’est un sentiment de satisfaction. C’est vraiment un concours. Dans notre pays, on a sélectionné 4 ONG. Donc, nous faisons partie de cette sélection. Je suis Honoré d’être parmi vous aujourd’hui à l’occasion de ce lancement officiel des activités du projet », a expliqué Massoud Barry.

Présente à cette cérémonie, la coordinatrice à l’aménagement des filles à Plan International Guinée, Djénabou Youla, a laissé entendre que ce projet fait suite aux multiples demandes lancées par les jeunes dans le cadre de leur émancipation en Afrique.

Djénabou Youla, Coordinatrice à l’engagement des filles à Plan International Guinée

« Ce projet, est un projet régional (Afrique de l’ouest et Afrique centrale) qui est en train de renforcer les organisations des structures des garçons en général et en particulier des jeunes filles. Pourquoi ? Parce que les jeunes se sont tellement plaints qu’ils veulent des financements, mais aussi des programmes flexibles. Et, pour leur automatisation, ils ont posé des problèmes par rapport à cela. C’est pourquoi Plan, au niveau international, a pris en compte les préoccupations des jeunes. C’est une de nos quatre valeurs. Plan travail avec tout le monde. Et tout le monde-là, ce sont des gens qui respectent les programmes et les projets de Plan International, surtout la politique de sauvegarde des enfants et des jeunes filles. C’est pourquoi aujourd’hui nous sommes là pour accompagner OSH-GUINÉE qui a déjà signé un partenariat avec Plan International », a dit Djénabou Youla.

Prenant la parole, le chef section autonomisation et inclusion des personnes handicapées à la direction nationale du ministère de l’action sociale, Sory Sidibé, a exprimé l’engagement du département de l’action sociale et des personnes vulnérables à accompagner OSH-Guinée dans ce projet.

Sory Sidibé, Chef-Section autonomisation et inclusion des personnes Handicapées à la direction nationale du ministère de l’Action sociale

« Nos priorités, c’est vraiment l’insertion sociale des personnes Handicapées, leur autonomisation et leur accès au service de base. Et, nous nous battons dans ce sens. C’est pourquoi le ministère, avec l’appui du Programme des Nation Unies, a procédé à un réaménagement de la loi portant sur les protections des personnes Handicapées en Guinée. Je pense que si tout va bien après les élections, cette loi sera transcrite à l’assemblée nationale et promulguée par le président de la République pour que les personnes handicapées aient un statut juridique, un instrument juridique, permettant d’assurer leur défense. Je pense que l’accompagnement du département est un accompagnement technique, on ne peut qu’encourager les partenaires à appuyer ces structures. C’est une jeune structure qui est en train de faire ses preuves dans le domaine de la promotion et la protection des personnes handicapées. Donc, nous en tant que Ministère, en tant que direction, nous ne pouvons que les accompagner et les appuyer dans ce sens. Partout où ils auront besoin de nous, nous allons répondre », s’est engagé Sory Sidibé au nom de la ministre de l’action sociale.

Mohamed Doré pour Guineematin.com

Tél. : + 224 622 07 93 59

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS