Campagne électorale : Cellou Dalein fait le plein à N’Zérékoré et rassure

En campagne électorale depuis quelques jours à l’intérieur du pays, Cellou Dalein Diallo a remué la ville de N’Zérékoré ce jeudi, 8 octobre 2020. Le président de l’UFDG et candidat à la présidentielle du 18 octobre a bénéficié d’un triomphal et peu habituel dans la capitale de la Guinée Forestière. Tout en fustigeant le bilan du président Alpha Condé, l’opposant a promis aux populations locales, s’il accède à la magistrature suprême, de faire face à leurs différentes préoccupations, rapporte l’envoyé spécial de Guineematin.com sur place.

Chaque jour qui passe, Cellou Dalein Diallo impressionne de par sa capacité de mobilisation. Aujourd’hui encore, ce fut une véritable démonstration de force pour lui à N’Zérékoré. Le président de l’UFDG a pu compter sur le soutien de ses alliés de l’ANAD, originaires de cette région, pour remuer la grande ville de la Forêt et envoyer un message fort au pouvoir en place. Il s’agit notamment de Dr Édouard Zoutomou Kpoghomou de l’UDRG, Jacques Gbonimy de l’UPG, Diabaty Doré du RPR, et Francis Haba de l’UGDD.

 

Sur le terrain depuis quelques pour préparer le terrain, ces leaders politiques, accompagnés d’un long cortège de motards et d’automobilistes, ont accueilli leur candidat à la présidentielle du 18 octobre à 30 kilomètres de N’Zérékoré. Ensemble, ils ont fait une entrée mémorable dans la ville, où une impressionnante foule les attendait. A l’occasion du meeting qu’il a animé à la place des martyrs de N’Zérékoré, le président de l’UFDG a évoqué les violences récurrentes dans cette préfecture, et dont il impute la responsabilité au pouvoir en place.

« Mes frères et sœurs de N’Zérékoré, vous avez besoin de changement, je le sais. Vous avez subi beaucoup de violences. Je ne parle pas des violences qui vous ont été infligées aux environs du 22 mars dernier. On a assassiné des fils de cette région. On a enterré certains nuitamment dans des fausses communes, et jusqu’à présent, l’Etat n’en parle pas parce qu’il est coupable. Mais avant, il y a eu Zogota, où nuitamment des forces de l’ordre chargées d’assurer la sécurité des citoyens sont allées investir ce village, tuer froidement des paysans. Je sais que vous souffrez », a-t-il dit, avant de parler d’un autre sujet très sensible en Guinée Forestière.

 

Il s’agit du cas Dadis Camara, le chef de la junte militaire qui a pris le pouvoir à la mort du président Lansana Conté, exilé depuis plus de 10 ans au Burkina Faso. « Le capitaine Moussa Dadis Camara est en exil malgré lui. Il s’est engagé à revenir dans son pays, le pays de ses ancêtres. Il a pris un billet d’avion pour venir rentrer en Guinée et participer à la manifestation de la vérité dans le cadre des événements du 28 septembre. Alpha Condé et son réseau mafieux ont détourné l’avion et ont empêché un Guinéen de rentrer sur le territoire guinéen. Lorsque je serai président, mon frère, le capitaine Moussa Dadis Camara, retrouvera la terre de ses ancêtres », a-t-il promis.

Cellou Dalein Diallo assure également que s’il accède à la magistrature suprême, il faire la lumière sur les crimes commis dans le pays, prôner le pardon et réconcilier les Guinéens. « Alpha Condé est venu dire qu’il a trouvé une nation et pas un Etat ; mais, il a détruit l’Etat et il a détruit la nation. Maintenant il faut qu’on lui fasse partir. Il faut qu’il prenne sa retraite et que votre candidat qui sera élu le 18 octobre puisse mettre en œuvre une politique de réconciliation nationale. Mais la réconciliation sera précédée du pardon, de la vérité et de la justice.

 

Parce que ceux qui ont perdu leurs proches, il faut leur expliquer que c’était un mal, mais nous allons tous pardonner pour qu’on s’engage dans un nouveau départ. Il faut que les Guinéens se pardonnent. Si je suis président, je demanderai une semaine de prières et de jeûne pour ceux qui peuvent, pour demander pardon à Dieu et pour accepter de se pardonner pour toutes les violences commises dans notre pays. Et vous savez que je suis bien placé pour promouvoir une telle idée. L’UFDG a subi beaucoup de violences, mais il n’y a pas d’autres solutions que le pardon et la réconciliation », a dit l’opposant.

 

Après N’Zérékoré, la délégation conduite par Cellou Dalein Diallo s’est rendue à Lola, où le président de l’UFDG a animé un autre meeting.

Alpha Assia Baldé, envoyé spécial de Guineematin.com

Tél: 622 68 00 41

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS