Cellou Dalein à Koulé : « je vais autoriser le retour de Dadis… »

En route pour la ville de N’Zérékoré, où il doit animer un meeting ce jeudi, 8 octobre 2020, Cellou Dalein Diallo a marqué une pause à Koulé, le village natal du capitaine Moussa Dadis Camara. Le président de l’UFDG, en campagne électorale, s’est adressé aux habitants de la localité, en leur promettant de ramener leur fils en Guinée, une fois qu’il accédera à la magistrature suprême. L’opposant a accusé le président Alpha Condé d’avoir refusé le retour de Moussa Dadis Camara, en exil au Burkina Faso, pour qu’il puisse s’expliquer devant la justice guinéenne sur le massacre du 28 septembre 2009.

« Je connais vos préoccupations, il y en a une que vous n’avez pas évoquée, c’est le retour du capitaine Dadis. Comment voulez-vous que Koulé vote pour Alpha Condé alors qu’il a fait exiler votre fils ? Et, lorsque le capitaine Dadis a décidé de rentrer pour participer à la manifestation de la vérité dans l’affaire du 28 septembre, Alpha Condé et son réseau mafieux ont dérouté l’avion pour dire que Dadis ne peut pas être en Guinée. Depuis quand avez-vous vu un pays renvoyer son citoyen ?

S’il doit être prisonnier, c’est dans son pays. Mais Alpha Condé a dit que Dadis ne rentre pas malgré toutes les promesses qu’il avait tenues (dans ce sens). Dadis lui-même prend la responsabilité de payer son billet et venir jusqu’à Abidjan, Alpha Condé avec son réseau mafieux ont décidé d’aller le débarquer à Accra pour dire qu’il ne peut pas rentrer en Guinée. Alors que le capitaine Dadis avait décidé de venir participer à la manifestation de la vérité pour qu’il se défende devant la justice de son pays.

Je vais autoriser le retour de Dadis dès mon accession au pouvoir. Et je vais engager une politique de réconciliation qui passera nécessairement par la vérité, la justice et le pardon, sinon les Guinéens ne pourraient plus vivre ensemble. Il y a eu trop de violences dans ce pays depuis l’indépendance, il faut que le Guinéen fasse tourner cette page. On ne fera pas de représailles, ça sera l’acceptation, la vérité et le pardon. Et, les Guinéens ont besoin de ça », a déclaré le candidat de l’ANAD à la présidentielle du 18 octobre.

A suivre !

 

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS