Pillage des boutiques à Kankan : le patriarche, M’Bemba Madifing Kaba, appelle à la retenue

M’Bemba Madifing Kaba, patriarche de la ville de Kankan

Comme indiqué dans nos précédentes dépêches, la journée de ce dimanche, 11 octobre 2020, des violences politiques ont été enregistrées à Kankan entre des partisans du pouvoir Alpha Condé et leurs adversaires de l’UFDG. Dans les marchés du centre ville, plusieurs boutiques ont été pillées et des jets de pierres ont également opposé des citoyens pilleurs à des propriétaires de boutiques.

Dans la soirée, la notabilité de Kankan, à travers le patriarche, a fait une sortie médiatique pour condamner ces faits et appeler les uns et les autres à la retenue, rapporte le correspondant de Guineematin.com basé dans la préfecture.

La notabilité est sortie de son silence sur les violences survenues à Kankan, ce dimanche, lorsque les jeunes militants du RPG, le parti au pouvoir, ont dispersé et pourchassé ceux de l’UFDG, avant de s’en prendre à plusieurs boutiques de la ville qui ont été vandalisées et pillées. C’est le patriarche de la ville de Kankan, M’Bemba Fadifing Kaba, qui a lu la déclaration pour appeler les uns et les autres à la retenu.

« Ce qui s’est passé aujourd’hui ne ressemble pas Kankan. Cette ville n’est pas faite sur la violence. A Kankan ici, tout le monde est le bienvenu. C’est pourquoi, on dit Nabaya ; c’est comme ça que les anciens ont forgé Kankan. Aujourd’hui, nous avons appris que des jeunes sont partis s’attaquer aux boutiques des commerçants. D’aucuns sont allés s’attaquer aux autres, le Sotikèmo et les Kablas (grandes familles) condamnent cet acte. Personne ne peut apprécier ces agissements. Nous appelons les uns et les autres à la retenue », a-t-il dit.

A rappeler que le meeting qui devait se tenir dans la ville a été annulé, ainsi d’ailleurs que tous les autres qui étaient prévus à Siguiri, Mandiana et autres dans le cadre de la campagne présidentielle. Dans une déclaration publiée dans l’après-midi de ce dimanche, la direction nationale de l’UFDG, le parti de Cellou Dalein Diallo, a rendu le président Alpha Condé responsable de ce qui s’est passé. La principale formation politique de l’opposition guinéenne estime que c’est à cause des grandes mobilisations qui étaient annoncées dans les villes et villages de la Haute Guinée en faveur de l’opposant que le régime a refusé sa campagne dans cette région qui était jusque-là considérée comme son fief.

A suivre !

Propos recueillis à Kankan par Abdoulaye N’koya SYLLA pour Guineematin.com

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS