Eventuelle crise post électorale en Guinée : Dr Fodé Oussou demande l’implication des leaders religieux et de la communauté internationale

Fodé Oussou Fofana, vice-président de l’UFDG et Directeur de campagne de Cellou Dalein Diallo

A la faveur d’une conférence de presse organisée par l’ANAD (alliance nationale pour l’alternance et la démocratie) hier, mardi 13 octobre 2020, au QG de l’UFDG, Dr Fodé Oussou Fofana a alerté sur une éventuelle crise post électorale en Guinée. Le vice-président de l’UFDG a aussi demandé aux leaders religieux guinéens et à la communauté internationale de s’impliquer dès maintenant pour éviter que la Guinée ne sombre dans la violence au lendemain du scrutin présidentiel du 18 octobre prochain.

Depuis le début de ce processus électoral en vue de la tenue de la présidentielle du 18 octobre prochain, l’opposition dénonce des irrégularités et des dysfonctionnements dans le déroulement du chronogramme électoral. Et, ces derniers temps, les partis en lice pour ce scrutin redoutent de plus en plus un hold-up électoral de la part du parti au pouvoir (le RPG arc-en-ciel). Mais, pour le premier vice-président de l’UFDG, tout sera mis en place pour empêcher les fraudes. Dr Fodé Oussou Fofana assure que l’UFDG et ses alliés vont déployer des délégués dans tous les bureaux de vote et que le parti va contraindre la CENI à publier les résultats issus des urnes.

« Nous avons dit que pendant ces élections, nous allons déployer des délégués dans tous les bureaux de vote ; et, que ces délégués allaient nous ramener les procès verbaux pour que nous ayons la possibilité de calculer nos propres résultats. Si on se rend compte qu’on a gagné les élections, nous allons proclamer les résultats… Ce n’est pas compliqué. Si vous avez les PV, vous pouvez calculer. Nous avons dit, si Alpha Condé gagne les élections dans la transparence, nous allons le féliciter. Dès que nos avons dit ça et que Mr Alpha Condé s’est rendu compte qu’il est rejeté par l’écrasante majorité des Guinéens, il a donné des instructions à la CENI de ne pas donner les PV des bureaux de vote. Ça veut dire que c’est une élévation des aveugles. Vous allez à une élection où vous n’avez pas droit aux PV. Ce sont eux qui vont décider, parce qu’aujourd’hui ce sont les chefs de quartiers et les préfets qui représentent la CENI. C’est inacceptable », a dénoncé Dr Fodé Oussou Fofana.

Alors que les discours de haine et les violences entre les partisans de la mouvance et de l’opposition se multiplient sur le terrain en cette période de campagne, beaucoup d’observateurs de la vie politique guinéenne redoutent une crise post électorale dans le pays, au soir du 18 octobre prochain. Cette éventuelle crise –qui pourrait déboucher sur de violents affrontements à relents ethniques- inquiète aussi le premier vice-président de l’union des forces démocratiques de Guinée. C’est pourquoi, Dr Fodé Oussou Fofana a mis à profit cette conférence de presse pour demander aux leaders religieux de Guinée et à la communauté internationale à se bouger maintenant pour éviter de jouer les « docteurs après la mort » dans ce pays.

« La paix n’est pas un mot. La paix, c’est un comportement. Il ne faut pas attendre qu’il y ait des problèmes pour commencer à les régler. C’est maintenant que nous demandons au président du conseil des chrétiens de Guinée, nous demandons à Monseigneur Vincent Koulibaly, nous demandons au président de l’église évangélique, nous demandons au grand imam de la mosquée Fayçal, nous demandons aux bonnes volontés, nous demandons à la communauté internationale de se déplacer et aller voir Monsieur Alpha Condé pour lui expliquer qu’on n’est pas dans la jungle et qu’on n’est dans un pays normal. Quand on doit organiser une élection, les règles sont connues. Selon le code électoral de notre pays, les participants ont droit aux PV sur lesquels ils vont signer. Mais, il (Alpha Condé) veut faire un crime sans témoin. Maintenant, la CENI va participer avec Monsieur Alpha Condé à créer des problèmes dans ce pays là. L’élection va être organisée le dimanche. S’il (Alpha Condé) perd, qu’il accepte comme les autres le font dans leurs pays, c’est-à-dire féliciter son adversaire », a indiqué Dr Fodé Oussou Fofana.

Mamadou Bhoye Laafa Sow pour Guineematin.com

Tél. : 622919225 / 666919225

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS