Mory Sangaré, ministre chef de cabinet civil à la présidence de la République

A l’occasion de la campagne électorale qui se termine cette nuit, le ministre de la jeunesse et de l’Emploi des jeunes, Mouctar Diallo, et le ministre chef de cabinet de la présidence de la République, Mory Sangaré, ont sillonné plusieurs villes et villages de la préfecture de Pita. Parmi les localités visitées, il y a la sous-préfecture de Sintaly. La particularité de cette commune rurale, c’est lien qui unit les populations locales au président Alpha Condé.

Selon Mory Sangaré, cette « belle histoire » est née en 1992 en Côte d’Ivoire…

Décryptage :

« Le président de la République, c’est à dire l’opposant historique d’alors, a eu des contacts avec madame Diawandou Bah et Amadou Goundoupy Bah qui sont tous deux de Sintaly. Et, ces personnes là ont adhéré au RPG depuis la Côte d’Ivoire et se sont engagées à venir dans leur village pour élargir les bases du parti.

Ainsi, en 1992, si j’ai une bonne souvenance, dans la dernière semaine du mois d’octobre 1992, le président de la République, opposant d’alors, était venu à Pita en compagnie de madame Diawandou et a été conduit au niveau de la mosquée de Sintaly ici pour saluer les sages. Et, ces sages ont été les hommes qui ont présenté, après celle de Diawandou, le président de la République à tous les hommes, toutes les femmes, tous les jeunes de cette sous-préfecture. Il y a même eu une demoiselle qu’on appelait Yébhé Bah qui a été secrétaire générale adjointe de son excellence le ministre d’État Bantama Sow. À chaque visite de son excellence le président de la République à Pita, il a tout fait pour s’arrêter ici et serrer les mains des parents de madame Diawandou, les notables de Sintaly, de la jeunesse de Sintaly.

Et les relations entre le président de la République et les ressortissants de cette sous-préfecture ont été très poussées au point que lui-même s’est déclaré fils de Sintaly. Pour vous dire encore que vraiment il est de Sintaly, Amadou Goundoupy a donné à son enfant le nom ALPHA CONDÉ et ce jeune aujourd’hui, je crois qu’il a eu le baccalauréat, fait des études supérieures et il est en contact avec son excellence le président de la République. Il y a une autre brave dame du nom de Fatoumata Sarayah, toujours dans Sintaly, qui a été la présidente des femmes de la section RPG de Pita.

Donc, si nous venons ici, Sintaly et le RPG c’est une histoire et une belle histoire. Une belle histoire. À toutes les affaires sociales que les ressortissants de Sintaly annoncent, ils invitent son excellence le président de la république à participer. C’est pourquoi ce n’est pas fortuit quand on dit que son excellence le professeur Alpha Condé est un fils de Sintaly. […].

Le courant n’était pas à Sintaly ni pendant la première République ni pendant la deuxième, bien que le barrage hydroélectrique de Kinkon soit dans la sous-préfecture de Sintaly. Et là où nous sommes comme ça, c’est le chef lieu de la sous-préfecture. Quand le président de la République a accédé au pouvoir, il a électrifié Sintaly, qui en avait énormément besoin, parce que tous les villages voisins de Sintaly avaient le courant, sauf le chef-lieu de la sous-préfecture. Donc, c’est pour vous dire encore que le RPG et Sintaly, c’est la belle histoire ».

De Pita, Abdoul Baldé pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin