Piloté par le journaliste Foromo Lamah, correspondant de Guineematin.com à N’Zérékoré, et Richard Koné, sérigraphe, le mouvement PLUS JAMAIS ÇA A BELLEVUE (MPJCB) s’active pour une présidentielle apaisée. C’est dans ce cadre qu’il a organisé hier, vendredi 16 octobre 2020, une journée de paix, de prières et de pardon à Bellevue, un quartier de la commune urbaine de N’Zérékoré, fortement secoué par les violences intercommunautaires qui ont émaillé le double scrutin du 22 mars dernier. L’objectif de cette activité est d’éviter la répétition d’une telle situation pendant le scrutin présidentiel de ce 18 octobre.

Foromo Lamah, correspondant de Guineematin.com à N’zérékoré

Selon Foromo Lamah, l’idée de créer ce mouvement est parti d’un constat qu’il a fait « sur la tension très vive à la veille de la présidentielle de ce dimanche dans certaines localités du pays, notamment en Haute et en Moyenne Guinée. Aussi la psychose dans la ville de N’Zérékoré, qui se traduit par les départs massifs des citoyens de la commune urbaines vers les villages. C’est vu cette situation qui créé un climat de peur et de méfiance entre les communautés que nous avons décidé d’abandonner nos boulots pour sensibiliser les citoyens à rester sur place, afin voter pour le candidat de leur choix dans la paix et dans la quiétude sociale », a-t-il expliqué.

En plus des prières faites par les leaders religieux pour une présidentielle apaisée à Bellevue, le mouvement PLUS JAMAIS ÇA A BELLEVUE a organisé également une caravane de sensibilisation sur la paix et cohésion sociale dans ce quartier. Et, Foromo Lamah se dit agréablement surpris par l’engouement suscité par cette initiative. « J’ai été très surpris de la mobilisation des jeunes du quartier, notamment nos amis Konia, qui ont envoyé des engins dont un véhicule pour nous permettre de faire la caravane de la paix. Nous avons constaté qu’ils avaient le même souci que nous.

Comment préserver la paix dans le quartier ? Est-ce que le départ de vos parents dans les villages n’est pas un repli tactique ? Est-ce que votre invitation est sincère ? Est-ce que les autorités sont informées ? Ce sont là autant de questions qu’ils se posaient. Directement, j’ai appelé le maire, Moriba Albert Délamou, qui leur a signifié qu’il est déjà informé et il accompagne le mouvement. Et, nous les avons rassurés aussi que nous venons vers eux avec un cœur plus clair que l’eau de roche. C’est ainsi qu’ils ont accepté de nous suivre dans la démarche. On a fait le carnaval, ensuite nous avons tenu notre meeting où nous avons fait passer les messages de paix et de quiétude sociale », a dit notre confrère.

Tout en rappelant que sans la paix il n’y a point de développement, le journaliste a pris l’engagement au nom de toute son équipe et de leurs collègues d’autres quartiers de la commune de N’Zérékoré « de travailler étroitement avec les autorités pour l’instauration d’un climat de paix définitive dans la cité. J’invite par la même occasion l’ensemble des jeunes de N’Zérékoré en particulier, et ceux de notre très chère région en général, à s’unir davantage autour d’un même objectif, qui est celui de l’entente et de l’amour entre les communautés pour une franche et loyale collaboration, afin de développer notre région qui est le grenier de la Guinée ».

Après cette journée de paix, Foromo Lamah et son équipe ont organisé ce samedi, 17 octobre 2020, un match de gala dans le quartier Bellevue pour sensibiliser davantage les citoyens à faire en sorte que cette élection n’entraîne aucune violence dans la localité.

Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin