Présidentielle du 18 octobre : le CNOSC-G donne Alpha Condé vainqueur avec de 53,1%

La synergie des Organisations de la Société Civile pour l’observation citoyenne des élections, pilotée par le Conseil National des Organisations de la Société Civile Guinéenne (CNOSC-G) a publié ce jeudi, 5 novembre 2020, le rapport final de sa mission d’observation. Selon ce rapport, le président sortant, Alpha Condé, a remporté le scrutin du 18 octobre dernier avec 53,1% des voix, contre 38, 8% pour son principal opposant, Cellou Dalein Diallo, a constaté Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Ce rapport a été présenté devant les médias par Dr Dansa Kourouma, le président du CNOSC-G, également président de la plateforme « Regard Du Peuple » qui a produit le document. Selon lui, les observateurs de la société civile déployés sur l’ensemble du territoire national, ont relevé plusieurs incidents ayant caractérisé le scrutin. Mais il précise que ces incidents ne sont pas de nature à entacher la crédibilité de l’élection. En ce qui concerne les résultats, les organisations de la société membres de cette plateforme donnent des chiffres différents de ceux publiés par la CENI, mais qui ne remettent pas en cause la victoire du président Alpha Condé.

« Sur la base des résultats qu’on a, qu’on tienne compte de Yomou et Coyah ou pas, la tendance de ces élections reste et demeure que le RPG arc-en-ciel est en tête avec 53,1%, suivi de l’UFDG avec 38,80%. Il y a une légère différence avec les résultats de la CENI concernant le 3ème : la CENI a trouvé Ibrahima Abé Sylla de la NGR comme 3ème ; nous, nous avons trouvé Dr Ousmane Kaba du PADES comme 3ème. Mais, il faut lire les résultats dans les deux sens et en appliquant la marge d’erreur. Il se pourrait que l’échantillon qu’on a pris dans les régions qui sont fiefs de la NGR ou du PADES, ne soit pas suffisamment représentatif, comparé à l’échantillon de la CENI », a indiqué Dr Dansa Kourouma.

Après sa présentation, le président du CNOSC-G a précisé que ce rapport a tout de même des limites. « Si vous faites une étude statistique, vous ne présentez pas de limites, vous biaisez vos données. Donc, la première limite de ce rapport, c’est la marge d’erreur sur le plan national qui est de 1,5%. Mais, la tendance est inchangeable si tout l’échantillonnage est représentatif et proportionnel au nombre de bureaux de vote. Ça veut dire quoi ? Si toutes les circonscriptions électorales sont prises en compte avec ou sans Yomou et Coyah, nous affirmons que cette tendance est inchangeable.

La deuxième chose, les résultats des votes de l’extérieur n’ont pas été pris en compte dans nos calculs et ne constituent que 2% de l’électorat national. La troisième précision, l’échantillon PVT, bien qu’aléatoire, correspond à 20% des bureaux de vote total sur l’étendue du territoire national. Nous avons donc pris des résultats des urnes les plus objectifs. Nos résultats ne sont comparables qu’avec ceux de la CENI uniquement et ne sont pas comparables à ceux de la Cour Constitutionnelle », a laissé entendre l’activiste de la société civile.

A rappeler que les résultats donnés par la CENI créditent Alpha Condé d’un score de 59,49% des voix contre 33,5% pour Cellou Dalein Diallo. Les yeux sont rivés actuellement sur la Cour Constitutionnelle qui proclamer les résultats définitifs de cette élection présidentielle.

Ibrahima Sory Diallo pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 621 09 08 18

 

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS