L’humanité célèbre ce samedi, 14 novembre 2020, la journée mondiale du diabète. A cette occasion, un journaliste de Guineematin.com est allé hier à la rencontre de Dr Amadou Bah, endocrinologue et médecin chef adjoint du service diabétologie et endocrinologie de l’hôpital national Donka. Il a été question au cours de cet entretien, de parler de cette pandémie qui touche aujourd’hui de nombreux guinéens, notamment ses causes et les moyens par lesquels on peut l’éviter.

Décryptage !

Guineematin.com : pour commencer, dites-nous c’est quoi le diabète et quels sont ses effets sur la vie économique et sociale de notre pays ?

Dr Amadou Bah : le diabète est une maladie métabolique liée à une augmentation permanente et de façon chronique du taux de sucre dans le sang. C’est une pandémie mondiale. L’ampleur du diabète est énorme. Surtout dans les pays à faible revenu, comme le nôtre. Si rien n’est fait pour freiner l’allure actuelle, d’après l’estimation de la fédération internationale du diabète, il y aura 220 millions de diabétiques dans le monde. Si rien n’est fait, ce sont des complications du diabète qui vont survenir et qui vont affecter les économies des pays.

Guineematin.com : quel est le taux de prévalence du diabète en Guinée cette année 2020 ?

Dr Amadou Bah : en Guinée, après la cinquantaine, une personne sur 10 doit être diabétique. Mais il y a différents types de diabète. Il le diabète de type 1, c’est le diabète de l’enfant. Actuellement, on a un score qui avoisine 786 enfants diabétiques. Et la majorité de nos diabétiques sont des diabétiques de type 2, qui est le diabète de l’adulte. Nous avons aussi le diabète de la femme enceinte et nous avons d’autres types de diabète, comme le diabète secondaire lié à l’utilisation des produits, des corticothérapies. Donc, en Guinée, comme dans d’autres pays, la prévalence du diabète augmente. En 2009, d’après l’enquête qui avait été faite, la prévalence était de 6,6%. Donc, vous avez vu qu’il y a énormément de diabétiques.

Guineematin.com : quelles sont principalement les causes du diabète ?

Dr Amadou Bah : le diabète de l’enfant par exemple, est lié à un manque d’insuline dans le corps. C’est-à-dire que le pancréas produit peu, ou ne produit pas de tout de l’insuline. C’est ce qui déclenche son diabète. Donc, pour stabiliser son diabète, il faut un apport de l’extérieur de l’insuline. Mais comme je l’ai dit, la majorité du diabète, c’est le diabète de type 2. Ça, ce sont les facteurs qu’il faut contrôler. Quels sont ces facteurs qui favorisent ce diabète ? Il y a d’abord la sédentarité, c’est-à-dire le manque d’activité physique. L’usage du tabac dans toutes ses formes peut être aussi une des causes du diabète.

Et, quand tu as un parent qui est diabétique dans ta famille et que tu ne fais pas toutes ces mesures-là, toi aussi tu risques de développer le diabète. Et les femmes qui ont eu des gros enfants à la naissance, c’est-à-dire une femme accouche un bébé qui dépasse 4, 5 ou 6 kg, si rien n’est fait pour cette femme-là, elle risque d’être diabétique. Si tu as une hypertension artérielle, il faut savoir contrôler ta pression artérielle, faire des activités physiques, manger moins gras. Il faut manger beaucoup de fruits et légumes et diminuer le sel. Ces mesures-là diminuent les risques.

Guineematin.com : cette année, le thème choisi pour la célébration de la journée mondiale du diabète est « le personnel infirmier et le diabète ». Pourquoi le choix de ce thème ?

Dr Amadou Bah : je rappelle d’abord que le choix du 14 novembre de chaque année pour célébrer cette journée est dû au fait que c’est la date de naissance de Frédéric Banking. Frédéric Banking, c’est lui a créé l’insuline. L’insuline c’est une hormone qui permet de stabiliser le taux de sucre dans l’organisme. Donc, en collaboration avec la fédération internationale du diabète, l’Association guinéenne d’aide et d’éducation aux diabétiques que nous avons en Guinée, et qui affiliée à cette fédération, célèbre chaque année la journée mondiale du diabète. Et, chaque année, il y a un thème dédié. Cette année, le thème de la journée mondiale du diabète, comme vous l’avez dit, est « le personnel infirmier et le diabète ».

Pourquoi le personnel infirmier ? Parce que c’est une maladie chronique, c’est une maladie à vie. Quand tu as un diabétique en charge, tu n’as pas à faire baisser sa glycémie seulement. Il faut le prendre en éducation : l’éducation sur plan alimentaire, l’éducation sur la technique d’injection si le malade doit prendre l’insuline, l’éducation sur l’hygiène des pieds et l’éducation sur l’hypoglycémie, parce que les médicaments du diabète peuvent aussi trop faire baisser la glycémie et ça entraine l’hypoglycémie. Et, la gestion de tous ces thèmes d’éducation, ce sont ces braves infirmiers qui le font. C’est pour reconnaître tous ces efforts fournis par les braves infirmiers que la fédération internationale du diabète a dédié le thème de l’année-là aux infirmiers.

Guineematin.com : quel est votre message à l’occasion de cette journée mondiale du diabète ?

Dr Amadou Bah : je demande à tout le monde de faire tout pour avoir une alimentation adéquate, faire des activités physiques. Il faut surveiller le poids parce que l’excès de poids aussi peut entraîner le diabète. Il faut arrêter le tabac et l’alcool. Après 40 ans, il faut aller souvent à l’hôpital ou à un poste de santé pour faire un contrôle. A l’occasion de cette journée mondiale, il y aura un dépistage gratuit au camp Alpha Yaya de Conakry. Donc, tout le monde est invité à prendre part à ce dépistage massif. Parce que le diabète de type 2, il n’y a pas de signes de diabète. Tu peux avoir une glycémie qui évolue à bas bruit jusqu’à ce qu’elle atteigne un certain niveau et on te reçoit au stade de complications de la maladie. Donc, mieux vaut aller chercher à faire le dépistage au lieu que la maladie de t’emmène à l’hôpital.

Entretien réalisé par Mamadou Bhoye Laafa Sow pour Guineematin.com

Tél : 622919225 / 666919225

 

Facebook Comments

Commentaires

Alpha Guineematin.com