Tué par balle le 21 octobre dernier, en marge des violences post-électorales, le coordinateur du FNDC à Sonfonia a été inhumé ce mercredi, 18 novembre 2020. De nombreux citoyens se sont mobilisés pour accompagner Boubacar Baldé à sa dernière demeure, a constaté un reporter de Guineematin.com qui était sur place.

L’émotion était grande ce mercredi au quartier Sonfonia rails, où habitait Boubacar Baldé, le coordinateur du Front National pour la Défense de la Constitution dans cette zone de la commune de Ratoma. Près d’un mois après son meurtre par balle (commis selon des témoins par un policier, qui aurait délibérément tiré sur lui), parents, amis et connaissances du jeune homme étaient massivement mobilisés aujourd’hui pour ses obsèques.

Parmi cette foule, on notait la présence d’Abdourahmane Sano, le coordinateur national du FNDC. L’activiste de la société civile est venu rendre un dernier hommage au défunt, qu’il considère comme un martyr, mais aussi compatir à la famille de sa famille. « Nous sommes très attristés par cette situation, qui est vraiment de nature à mettre en colère. Parce qu’il est inadmissible et incompréhensible qu’un Etat se livre à des actes d’assassinat contre les fils de la nation. C’est une situation extrêmement difficile.

Mais, nous ne nous mettrons pas dans la logique de la vengeance. Ce que nous pouvons, c’est continuer le combat. Il faut que justice soit rendue aux familles de toutes ces victimes. Et, on ne peut leur rendre justice que lorsqu’ils sont honorés de la victoire de notre combat. Donc, nous devons continuer le combat pour que la Guinée soit libérée de ce genre de situations, quels que soient les hommes qui nous dirigent », a dit monsieur Sano.

Feu Boubacar Baldé

Sur les lieux, les hommages ne manquent pas à l’endroit du défunt. Beaucoup le décrivent comme étant un jeune respectueux et dévoué. « Boubacar était un jeune très ouvert, qui avait un grand respect et beaucoup de considération pour tout le monde », confie Laouratou Barry, une citoyenne du quartier Sonfonia rails.

Très affligé par la perte de son premier fils, Issagha Baldé a trouvé un peu de réconfort dans ces obsèques. Il se félicite de la mobilisation qu’il a constatée à cette occasion. « Ce que j’ai vu ici honore mon fils, parce que ça prouve qu’il entretenait des bons rapports avec les gens. C’est pourquoi tout ce monde est là aujourd’hui. Donc, je demande à ce qu’on ne pleure pas sa mort. Je demande aussi à Dieu d’agréer son âme et de sanctionner ses meurtriers. Je ne vais pas porter plainte, car je sais que Dieu nous rendra justice », a dit le père du défunt.

Mort à l’âge de 27 ans, Boubacar Baldé était titulaire d’une licence en Géographie, à l’université Général Lansana Conté de Sonfonia. Il était originaire de Bimbako, dans la sous-préfecture de Fatako (Préfecture de Tougué).

Ismaël Diallo pour Guineematin.com

Tél. : 624 69 33 33

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin