C’est avec une grande joie que le Parti pour le Progrès et le Changement (PPC) a accueilli la sortie d’Emmanuel Macron, qui s’est exprimé dans les colonnes de Journal Afrique sur la situation en Guinée. Une situation que le président français qualifie de grave, déplorant la décision de son homologue guinéen de changer la constitution pour s’accrocher au pouvoir.

Le président du PPC, Aboubacar Biro Soumah, parle d’un ouf de soulagement et invite la France et les autres pays occidentaux à prendre des sanctions contre le chef de l’Etat guinéen et les membres de son gouvernement. Il l’a dit au cours d’un entretien qu’il a accordé à Guineematin.com, ce samedi 21 novembre 2020.

Aboubacar Biro Soumah, président du PPC

« Le monde entier attendait la voix du président français Emanuel Macron. Vous savez la Guinée et la France, c’est comme le fils et son père. Ça va déranger certaines personnes, mais c’est ça la réalité. La Guinée est une colonie de la France, nous parlons aujourd’hui la langue française qui est devenue pour nous les Guinéens la langue nationale. Notre administration fonctionne avec la langue française qui n’est pas notre langue maternelle, donc c’est la colonisation qui nous a imposé cela. Donc, aujourd’hui, tout le monde attendait la sortie de la France par rapport à la situation de la Guinée. Nous félicitons le courage et l’engagement du président français vis-à-vis de la Guinée.

 

Parce que les Guinéens et les amis de la Guinée se demandaient pourquoi ce silence de la France. Mais à partir du moment où le président français s’est officiellement déclaré sur cette situation, c’est un ouf de soulagement. Ce qui reste maintenant, ce sont les sanctions que nous demandons à la France, à l’Union européenne, aux Etats-Unis contre le clan criminel qui est en train de torturer le peuple de Guinée. La France ne doit pas seulement se limiter aux déclarations, elle doit passer aussitôt aux sanctions. C’est ce que nous attendons de la France. La France doit infliger des sanctions, à commencer par Alpha Condé jusqu’au dernier membre de son gouvernement », préconise l’opposant.

 

Dans le camp du pouvoir guinéen, beaucoup dénoncent une ingérence du président français dans les affaires internes d’un Etat souverain. Un faux débat, répond Aboubacar Soumah. « Ça c’est un faux débat. Aujourd’hui, si la Guinée a besoin de médicaments, il faut tendre la main à la France. Quand on a besoin de manger ou de vêtements, il faut qu’on importe. Mais quand le pouvoir veut faire du mal aux citoyens, dès que les pays étrangers parlent, on dit que c’est une ingérence dans les affaires internes de notre pays. C’est un faux débat. C’est pourquoi nous demandons à la France d’appuyer sur l’accélérateur pour sanctionner les criminels d’Etat qui sont en train de massacrer le peuple de Guinée », a-t-il dit.

Par ailleurs, ce leader politique membre de l’alliance nationale pour l’alternance et la démocratie (ANAD), invite les Guinéens à répondre massivement à l’appel du camp Cellou Dalein Diallo, à une manifestation le 25 novembre 2020, dans tout le pays. « Nous avons déposé les lettres d’information aux autorités locales concernées par la manifestation du 25 novembre. Donc, nous demandons à tout le monde de sortir massivement ce jour pour exiger la vérité des urnes et la libération de toutes les personnes arrêtées et incarcérées injustement par les autorités », a lancé le président du PPC.

Saïdou Hady Diallo pour Guineematin.com

Tel : 620589527/654416922

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin