Kabinet Komara, ancien Premier ministre guinéen sous la junte militaire du capitaine Moussa Dadis Camara

Plus de 6 millions d’électeurs burkinabè se rendent aux urnes ce dimanche pour élire le futur président du Faso et les 127 députés de l’Assemblée nationale. Pour ce double scrutin, plus de 10 000 observateurs nationaux et internationaux ont été accrédités. Au nombre de ces observateurs, ceux de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO). Cette mission est conduite par Kabinet Komara, ancien Premier ministre guinéen sous la junte militaire du capitaine Moussa Dadis Camara. Aux différents candidats en lice, cette mission demande de s’abstenir de se donner vainqueur du scrutin à la place des institutions habilitées, rapporte l’envoyé spécial de Guineemmatin.com à Ouagadougou.

 

A la mi-journée de ce dimanche, jour du double scrutin au Burkina Faso, les observateurs déployés au compte de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’ouest (CEDEAO) ont annoncé que de petites irrégularités ont été enregistrées ; mais, pas de nature à entacher la crédibilité du scrutin. « Nous avons remarqué que tous les bureaux ont ouvert à l’heure et le matériel est en place. Dans les premiers bureaux de vote que nous avons visités, les premiers électeurs ont voté à 6 heures une minute. Nous avons vu que dans certains bureaux, il y a plus de représentants de partis politiques que dans d’autres. Mais, dans aucun, il n’y a une absence totale de représentants ; ce qui est déjà bien. Notre crainte était aussi qu’il y ait trop d’électeurs dans les bureaux ; mais, nous avons vu que la moyenne va de 500 à 250. Ce qui laisse supposer que d’ici à la fin de la journée, les opérations pourraient être closes, en tout cas dans ces bureaux-là », a laissé entendre Kabinet Komara.

 

Enfin, la mission de la CEDEAO, par la voix du commissaire aux affaires politiques, paix et sécurité de la CEDEAO, le général Francis Behanzin, a demandé aux candidats en lice d’éviter l’auto-proclamation. « Aux candidats, la mission demande de suivre leurs électeurs dans leurs comportements civiques et d’éviter les auto-proclamations. C’est au dépouillement qu’on sait qui a tel nombre de voix et qui n’en a pas. Tant que le dépouillement n’est pas terminé, tant que la compilation est en cours, il vaut mieux éviter de faire des auto-proclamations », a dit Francis Behanzin.

 

La mission prévoit un point presse dans les prochaines heures pour faire le bilan du double scrutin.

A suivre !

De Ouagadougou, Abdoulaye N’koya SYLLA, envoyé spécial de Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin