Mamadou Kaly Diallo, activiste des Droits de l’Homme et chargé de relations du programme Démocratie sans violence de la « Baïonnette intelligence »

Les réactions continuent de se faire entendre suite à la décision des autorités guinéennes d’interdire toutes les manifestations de rue dans le pays. L’activiste des droits de l’homme Mamadou Kaly Diallo, membre de l’ONG Baïonnette intelligente, dénonce une violation systématique des lois guinéennes et des pactes internationaux auxquels la Guinée a souscrit. Il l’a dit au cours d’un entretien qu’il a accordé à Guineematin.com ce lundi, 23 novembre 2020.

« Cette décision des autorités viole non seulement les lois guinéennes qui consacrent la liberté de manifester, les pactes internationaux relatifs aux droits civils et politiques qui consacrent la liberté de manifester dans tout régime démocratique, la déclaration internationale des droits de l’homme et des citoyens ainsi que les droits et les devoirs qui fondent la charte des Nations Unies. Un régime où l’exercice des libertés fondamentales de façon générale et l’expression de la liberté de manifester de façon particulière sont muselés et violés constamment est un régime autoritaire », a-t-il déclaré.

Ce défenseur des droits de l’homme appelle le gouvernement à revenir sur cette décision. « La manifestation est un moyen d’expression, un moyen de pression exercé par des entités données qui ne sont pas d’accord de la façon de gouverner. Donc, la manifestation est un exercice démocratique. C’est pourquoi, nous demandons aux autorités de revenir sur cette décision qui, encore une fois, viole non seulement les lois et les règlements, mais aussi qui constitue une violation systématique des droits de l’homme en Guinée.

Dans un régime démocratique, ce qui est recommandé, c’est d’encadrer les manifestations. Que les entités qui ne sont pas d’accord sur une façon de faire, que ça soit de l’opposition, des mouvements sociaux, des ONG et tant d’autres, et qui veulent exprimer une désapprobation, une colère, un mécontentement ou demander plus de démocratie, de liberté, puissent manifester. C’est ce qui est normal. Parce que n’oubliez pas qu’intervient même le principe de redevabilité dans ce sens. En pareil cas, le rôle de l’Etat c’est de faciliter, d’encadrer les manifestations conformément aux conventions et règlements ratifiés par notre pays, a dit Mamadou Kaly Diallo.

Alpha Assia Baldé pour Guineematin.com

Tél : 622 68 00 41

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin