Comme annoncé précédemment, l’opposition burkinabè conteste déjà les résultats des élections présidentielle et législatives du 22 novembre 2020. Dans une déclaration rendue publique lundi soir, 23 novembre 2020, les partis politiques signataires de l’accord politique de Ouagadougou ont rejeté les premiers résultats partiels publiés par la CENI, dénonçant de nombreuses irrégularités ayant entaché le scrutin.

Et, cette sortie ne laisse pas indifférente la mouvance présidentielle. Le camp du président sortant, Roch Mark Christian Kaboré a publié aussi une déclaration ce mardi matin, dans laquelle il réfute les accusations de l’opposition, appelant à l’apaisement et au respect de la vérité des urnes.

Guineematin.com vous propose ci-dessous un extrait de la déclaration de l’Alliance des partis politiques de la majorité présidentielle (APMP), lue par Me Benewendé Sankara.

« L’APMP (Alliance des partis politiques de la majorité présidentielle) considère que les insuffisances et failles qui ont émaillé le scrutin ne sauraient refléter une quelconque volonté de porter atteinte à la sincérité du scrutin.

Les failles relevées portent préjudice à l’ensemble des candidats et des partis politiques en compétition et cela, de la même manière.

L’APMP demande à la CENI de faire diligence dans la prise en compte du comptage manuel des résultats du scrutin conformément aux dispositions du code électoral révisé.

L’APMP invite les candidats de l’opposition à l’apaisement et les appelle au respect des résultats des urnes.

L’APMP invite les partis et candidats à recourir aux structures appropriées pour l’examen de leurs récriminations ».

De Ouagadougou, Abdoulaye N’koya Sylla, envoyé spécial de Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Alpha Guineematin.com