Comme annoncé précédemment, de nombreux citoyens sont descendus dans les rues de Labé ce mercredi, 25 novembre 2020, pour répondre à l’appel de l’UFDG et l’ANAD, qui ont demandé à leurs partisans de manifester dans tout le pays pour exiger la libération des opposants emprisonnés. Mais, ils ont été violemment dispersés par les forces de sécurité, rapporte le correspondant de Guineematin.com dans la ville.

Ni le communiqué du gouvernement interdisant toute manifestation de rue sur l’ensemble du territoire guinéen, ni les menaces brandies par les autorités administratives de Labé, n’ont réussi à dissuader les responsables locaux de l’Union des Forces Démocratiques de Guinée (UFDG) et de l’Alliance Nationale pour l’Alternance et la Démocratie (ANAD). Les opposants ont décidé d’aller au bras de fer avec les autorités, en maintenant leur manifestation.

Et, ce mercredi matin, de nombreux citoyens ont répondu à leur appel, en ralliant le rond-point Hoggo M’Bouro, qui était le point de ralliement de la manifestation. De là, les manifestants ont marché sur une grande distance, traversant le quartier Mairie, le stade régional (quartier Dow Sarè) et le quartier Daka, avant de revenir au point de départ, où ils devaient tenir un meeting.

C’est lorsque Younoussa Baldé, le responsable de la jeunesse de l’UFDG à Labé, s’adressait à la foule que les forces ont débarqué brusquement sur les lieux. Les agents ont tiré des bombes lacrymogènes sur les manifestants, provoquant une véritable débandade sur les lieux. Ils ont procédé également à plusieurs arrestations.

Peu après avoir été violemment dispersés, certains manifestants sont revenus dans la rue. Ils ont érigé des barricades et brûlé des pneus à plusieurs endroits, s’affrontant avec les forces de l’ordre. Finalement, les agents ont réussi à chasser les manifestants et à rétablir l’ordre.

De Labé, Alpha Boubacar Diallo pour Guineematin.com

 

Facebook Comments

Commentaires

Alpha Guineematin.com