image d’archive

Dans la nuit d’hier, lundi 30 novembre 2020, les habitants de Wanindara (un quartier de la commune de Ratoma, dans la haute Banlieue de Conakry) ont assisté à une descente musclée des forces de l’ordre dans leur quartier. Et, ça ne serait pas un dysphémisme de dire que ce quartier a été assiégé par les agents qui s’y sont rendus. Pendant un bon moment, des tirs assourdissants d’armes automatiques ont raisonné sur place. Egalement, plusieurs citoyens ont été victimes de rackettes de la part de ces hommes en uniforme, a appris Guineematin.com de certains citoyens de Wanindara.

Selon nos informations, ce sont des agents de la brigade anti-criminalité (BAC) numéro 2, 4, 5 et 6 qui se sont rendus à Wanindara2 pour semer la terreur et dépouiller les citoyens de leurs biens (des téléphones) et des numéraires (de l’argent). Des citoyens pris de panique entre les tirs nourris d’armes automatiques qui se sont étendus jusqu’à 6 heures du matin.

« Ces agents ont racketté les gens. Moi, je me trouvais à la devanture de notre maison avec un ami. Ce sont les agents de la Bac 6 qui sont descendus de leur pickup pour mettre leurs mains dans mes poches, ainsi que celles de mon ami. Un des agents a pris 40 000 francs dans l’une des mes poches ; et, deux autres agents ont pris 580 000 francs dans mes autres poches. Ils nous ont laissé avec nos téléphones, en disant que les téléphones sont localisables. Je les ai suivi jusqu’a 300 mètres pour les supplier de me rendre mon argent, j’ai marché entre eux pendant qu’ils tiraient et se jetaient des cailloux avec les enfants. Je les ai suivi jusqu’à ce qu’un agent a engagé son PMAK et l’a orienté sur moi en disant ‘’tu quittes ou je te tire’’. Le chauffeur m’a dit en langue poular : toi tu as la chance, c’est ton argent qu’on a pris. Après ça, je me suis retourné à la maison », a expliqué Diouldé Bah, un habitant de Wanindara qui a joint Guineematin.com au téléphone.

Officiellement, cette descente musclée des forces de l’ordre dans ce quartier de la haute banlieue de Conakry fait suite au meurtre par balle d’un policier sur place. Le gouvernement, à travers le ministère de la sécurité et de la protection civile, a d’ailleurs qualifié ce meurtre « d’acte terroriste ». Car, apprend-on, ce policier a trouvé la mort lors d’une attaque d’assaillants armés (dont certains à motos) qui ont ouvert le feu sur des agents de police déployés sur le terrain dans le cadre de la sécurisation des personnes et de leurs biens.

« Le premier groupe a ouvert le feu à l’aide de fusils de type calibre 12, faisant trois (3) blessés. Le second groupe d’assaillants à motos a tiré à bout portant sur un brigadier en service à la CMIS N°3 d’ENCO5 qui a rendu l’âme sur place », a expliqué la police dans un communiqué.

Selon des habitants de Wanindara qui ont joint au téléphone la rédaction de Guineematin.com dans la matinée de ce mardi, ce qui s’apparente à une opération de vengeance des forces de l’ordre (après la mort d’un des leurs) a fait plusieurs blessés dans les rangs des citoyens du quartier. « Certains de ces blessés sont admis dans les cliniques du quartier », rapporte une source qui a requis l’anonymat.

A Suivre !

Mamadou Baïlo Keïta pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin