image d’archive

En audience publique hier, mardi 1er décembre 2020, le tribunal correctionnel de Mafanco a scellé le sort de Aboubacar Sidiki Camara en première instance. Au terme d’un procès qui n’a duré que quelques heures, le tribunal a déclaré ce prévenu coupable des faits de détention et consommation de chanvre indien pour lesquels il était poursuivi. Et, en guise de répression, le tribunal a condamné Aboubacar Sidiki Camara à trois (3) mois de prison ferme, rapporte Guineematin.com à travers un de ses journalistes.

Aboubacar Sidiki Camara est en prison depuis le 06 octobre dernier. Et, ce mardi, son procès pour outrage à agent, détention et consommation de chanvre indien s’est tenu devant le tribunal correctionnel de Mafanco.

A la barre, ce jeune prévenu a plaidé non coupable et clamé sans cesse son innocence dans cette affaire. « C’est plutôt l’agent qui m’a pris au collet. Moi je n’ai rien fait. J’étais en train de discuter avec une vendeuse de chapeaux, c’est pendant ce temps qu’il (l’agent) est venu me prendre au collet », a-t-il botté en touche la première chef d’accusation articulée à son encontre.

Pour ce qui est de la détention et la consommation du chanvre indien, Aboubacar Sidiki Camara a assuré qu’il n’a jamais eu affaire avec ce stupéfiant très célèbre au sein de la jeunesse guinéenne. « Moi, c’est de la cigarette seulement que je fume et non de la drogue. On a jamais vu ça (le chanvre indien) avec moi », a-t-il déclaré.

Il n’en fallait pas plus pour susciter l’ire du ministère public contre le prévenu. La procureure audiencière, Joséphine Loly Tinkiano, a fait observer au tribunal que Aboubacar Sidiki Camara s’est simplement inscrit dans une logique de négation systématique des faits pour sa sauver sa tête dans cette affaire.

« Monsieur le président, Aboubacar Sidiki Camara est poursuivi devant votre tribunal pour des faits d’outrage à agent, détention et consommation du chanvre indien. Les faits mis à la charge se sont déroulés au port, quand il à refusé d’être contrôlé par un agent des forces de sécurité sur qui il s’est jeté. Un fait qu’il a reconnu à l’enquête préliminaire, mais qu’il a nié devant vous ici… En ce qui concerne la détermination et la consommation du chanvre indien, le prévenu a nié les faits ici à la barre. Des faits qu’il a aussi reconnu aux cours des enquêtes préliminaires. Mais, monsieur le président, en plus du fait qu’il soit arrêté au milieu de plusieurs autres personnes, des éléments de preuve sont versés dans le dossier de procédure. Aujourd’hui, il nie les faits pour simplement se tirer d’affaire. Mais, nous ministère public, nous savons que vous le président, vous êtes un magistrat rompu à la tâche donc aguerri », a indiqué la procureure Joséphine Loly Tinkiano.

Dans ses réquisitions le ministère public a demandé un an d’emprisonnement contre le prévenu. « Nous requérons qu’il vous plaise de retenir Aboubacar Sidiki Camara dans les liens de culpabilité des faits mis à sa charge. Et, pour la répression, nous demandons qu’il vous plaise de le condamner à un an d’emprisonnement. Au terme de cette période, monsieur Aboubacar Sidiki Camara va s’amender », a requis la procureure Joséphine Loly Tinkiano.

Finalement, dans son délibéré, le tribunal a reconnu Aboubabacar Sidiki Camara non coupable des faits d’outrage à agent. Par contre, le tribunal a déclaré le prévenu coupable des faits de détention et consommation de chanvre indien. Et, pour la répression, il l’a été condamné à 3 mois de prison.

Mamadou Bhoye Laafa Sow pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin