C’est parti pour l’année scolaire 2020-2021 en Guinée. Les élèves, les enseignants et les encadreurs ont repris ce mardi, 1er décembre 2020, le chemin de l’école. Mais, dans la préfecture de Boké, cette rentrée scolaire a été boudée par les élèves. La plus part des écoles de la place sont restées quasiment vide ce matin, malgré la présence des enseignants, visiblement prêts à dispenser les cours, rapporte le correspondant de Guineematin.com dans cette ville minière.

De l’école primaire de Boké-Centre à l’école franco-arabe Ansar Islam, en passant par le complexe scolaire Filira, les tables-bancs vides souhaitaient la bienvenue aux observateurs dans les salles de classe. Partout dans les établissements d’enseignement pré-universitaire, très peu d’élèves y ont effectué le déplacement pour une meilleure reprise des cours. Le taux moyen de la fréquentation de ce mardi a tourné autour de 30% dans les écoles de la commune urbaine. Mohamed Saliou Kaba, le directeur de l’école primaire ‘’NAIMA’’, impute cette absence massive des élèves aux parents.

Mohamed Saliou Keita, Directeur de l’école élémentaires de Anima

« Ici, tous les enseignants sont présents, de la 1ère à la 6ème année, tout le monde est venu avec son cahier de préparation. Mais, c’est au niveau des élèves que ça ne va pas. La reprise n’est pas effective de ce côté. Si je prends les statistiques, j’ai reçu un effectif de 34 sur plus de 1000 élèves. Aujourd’hui, l’éducation est très minimisée, mais moi j’accuse les parents qui ne font rien pour l’éducation de leurs enfants. Sinon, quand le département appelle à la reprise des cours, les parents devraient suivre les enfants pour qu’ils viennent à l’école. Mais, il ne faut pas rester à la maison pour dire non il n’y aura pas l’ouverture, alors que c’est eux même qui doivent faire cette ouverture. En tout cas, nous nous sommes là et nous seront là tous les jours », a-t-il indiqué.

Kadiatou Camara, enseignante

Dans une classe de 3ème année, deux dames prennent en charge une classe de moins de 30 élèves. Cette situation permet à ces enseignantes de ne pas rentrer sans rien faire en ce premier jour de l’année scolaire. « Nous sommes venues pour travailler, mais il y a peu d’élève. Pour la troisième année, il y a 3 salles de classe ; mais, comme l’effectif est peu, nous avons regroupé les enfants dans une salle pour donner quelques leçons. Les maîtresses des différentes salles se sont réunies pour faire le travail », a confié madame Kadiatou Camara, visiblement très enchantée de revenir à l’école pour former la pépinière de cadres de demain.

Mamoudou Bérété, élève

Alors beaucoup de ses camarades ont préféré dormir ce mardi sur leurs oreillers, l’élève Mamoudou Bérété n’a pas voulu se faire compter les nouvelles de la présente rentrée des classes. Et, il invite ses amis à reprendre au plus vite le chemin de l’école.

« Moi je suis venu pour voir si les cours vont reprendre. Et, effectivement nous avons repris, tous les enseignants sont là. Mais, certains de nos amis pensent que ça ne pouvait pas reprendre, puisque ça devait être le premier jour. Alors, moi je demande à ceux-ci de venir à partir de demain pour qu’on puisse évoluer ensemble », a conseillé Mamoudou Bérété.

De Boké, N’Diaré Diallo pour Guineematin.com

Tél. : 628-98-49-38

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin