Plateforme des jeunes leaders de l’Axe pour la démocratie et le développement (PJDD)

La plateforme des jeunes leaders de l’Axe pour la démocratie et le développement (PJDD) a entamé ce jeudi, 03 décembre 2020, une session d’échange et de partage d’expérience à son siège national à Conakry. Cette rencontre d’échange s’étendra sur trois jours et devra permettre à cette organisation de jeunes -qui militent pour la culture de la démocratie et la construction d’un Etat de Droit sans violence- de définir son avenir et enclencher son processus d’autonomisation, a appris Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Cette rencontre d’échange qui s’ouvre ce jeudi à Conakry est l’aboutissement de huit (8) ans de partenariat entre la DSV-BI (Démocratie Sans Violence-Baïonnette Intelligente) et la PJDD (composée d’un groupe de jeunes de l’Axe qui s’est constitué librement et volontairement en une organisation formelle de promotion de la démocratie sans la violence). Elle regroupe 27 participants venus de toutes les régions administratives de Guinée. Elle doit durer trois jours et elle s’articulera essentiellement autour de « l’étude et adaptation des textes de l’organisation au nouveau contexte, la mise en place de l’organe exécutif national de la PJDD et l’échange sur les activités et expériences de l’année 2020 et suggestions pour la 2ème phase du programme DSV-BI ». En d’autres termes, la présente session doit permettre au PJDD de définir de manière claire ses perspectives et ambitions, ainsi que son mode de fonctionnement pour l’avenir. C’est pourquoi, dans son discours de bienvenue, le président de la PJDD, Ibrahima Aminata Diallo, a demandé aux participants d’accorder une attention particulière à la présente session.

Ibrahima Aminata Diallo, président de la PJDD

« Cette rencontre de Conakry est d’une importance capitale ; car, l’avenir de la PJDD sera défini et c’est le début de son processus d’autonomisation. A l’issu de cette rencontre, les représentants délégués des neuf structures de la PJDD ici présentent déciderons de ce qu’ils voudront que soit cette organisation. Accepter d’assumer les clauses qui seront retenues pendant ces trois jours, c’est non seulement assumer la responsabilité politique et démocratique du fonctionnent de la PJDD, mais aussi l’héritage que nous voudrions laisser aux futurs membres de la PJDD », a indiqué Ibrahima Aminata Diallo.

Pour aider les participants à mieux choisir le cap à donner à cette « organisation formelle », le président du PJDD a présenté et exprimé clairement le positionnement de son entité dans la vie sociopolitique guinéenne.

« La Plateforme des jeunes leaders de l’Axe pour la Démocratie et le Développement n’est alignée ni derrière l’opposition ni derrière la mouvance. Toutefois, au-delà de ses propres actions, elle est prête à soutenir toutes les revendications qui correspondent aux valeurs qu’elle défend. Elle tend les bras à toutes les organisations qui partagent sa vision. Nous sommes les enfants de la Nation en colère contre la mal gouvernance qui maintient le pays dans la spirale de la pauvreté et obscurcit ses perspectives d’avenir de la jeunesse guinéenne. Nous sommes cette jeunesse qui a compris que lutter pour la démocratie, c’est d’abord lutter contre la mal gouvernance. Nous sommes déterminés à persévérer dans la lutte non-violente… Nous jeunes leaders de l’Axe, nous ne sommes pas pour une Guinée qui change, mais pour une Guinée qui avance dans la bonne direction. Nous sommes pour une justice équitable accessible aux justiciables, nous sommes pour une Guinée débarrassée de toute forme de discrimination », a martelé Ibrahima Aminata Diallo.

Présent à cette rencontre, Elhadj Ibrahima Diallo, le vice coordinateur du programme « Démocratie Sans Violence-Baïonnette Intelligente (DSV-BI) », a appelé les participants à méditer sur les concepts de démocratie et de développement.

Elhadj Ibrahima Diallo, vice-coordinateur de DSV-BI

« Je commencerais par vous demander de réfléchir sur la signification de la PJDD. Vous avez dit plateforme des jeunes leaders pour la démocratie et le développement. Vous avez là-dans deux mots essentiels : démocratie et développement. Ces deux mots, ce sont eux que vous devez chercher à mettre en valeur pour aboutir à ce que vous voulez et à ce que veut le guinéen. Pour la démocratie chez nous, je pense que les ainés ont un peu faussé le chemin. Puisque durant tout le cheminement depuis 1992 on a instrumentalisé les ethnies et les régions, de telle sorte qu’on est dans des crises interminables et le pays n’avance pas. Et, c’est la jeunesse qui perd. Il faut qu’on fasse attention à cette situation. Parce que j’ai l’impression que les politiques ont échoué dans ce pays. Donc, il faut que la société civile se lève pour trouver pacifiquement la solution aux problèmes du pays », a indiqué Elhadj Ibrahima Diallo.

A rappeler que la Plateforme des jeunes leaders de l’Axe pour la démocratie et le développement rassemble une vingtaine d’associations et est dirigée par un bureau exécutif de 17 membres.

Mamadou Baïlo Keïta pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin