L’année universitaire 2020-2021 a officiellement démarré le mardi dernier, 1er décembre 2020, en Guinée. Mais, les premières journées de cours ont été caractérisées par une absence notoire des étudiants du campus universitaire de Kindia. Et, cette absence des apprenants des salles de classe serait due à la flambée des prix du loyer dans les foyers d’étudiants construits et gérés par des particuliers.

Le recteur du Centre universitaire de Kindia s’inquiète de voir ce qui devait être une solution devenir un problème qui amenuise les chances d’apprentissage des étudiants. A la faveur d’un entretien avec des journalistes dont un reporter de Guineematin.com au lendemain de la rentrée, Dr Daniel Lamah a promis de s’employer auprès des concessionnaires pour baisser le prix du loyer afin de permettre aux étudiants d’avoir un logement (une condition sine qua non pour leur apprentissage).

Actuellement, l’université de Kindia compte quatre (4) facultés, 200 groupes pédagogiques. Cette institution d’enseignement supérieur ne dispose pas d’un régime d’internat ; et, pourtant, elle devrait accueillir plus de dix mille (10 000) cette année. Mais, malgré l’effectivité de la rentrée universitaire, les étudiants se font toujours attendre dans ce campus. Les tables-bancs prennent encore de la poussière dans les salles de classes quasiment vides. Et, le premier responsable de ce temple du savoir craint que cette malheureuse situation ne perdure, surtout avec la flambée des prix du loyer dans les foyers des étudiants. Car, les concessionnaires privés ont attendu la veille de la rentrée des classes pour revoir à la hausse le prix du loyer au détriment des proches creuses des pauvres étudiants.

Dr Daniel Lamah, recteur de l’université de Kindia

« Nous savons tous que le prix des loyers fatigue les étudiants ; mais, tout ce qu’on peut faire, c’est de faire un plaidoyer à l’endroit des concessionnaires. Ça, c’est un devoir pour nous de continuer à formuler des plaidoyers à l’endroit des concessionnaires. Parce que, pour le moment, nous n’avons pas un campus d’internat pour les étudiants. C’est vrai que nous pensons à ça. Lors de notre réunion dévaluation de nos besoins, on a tenu compte de ça ; car, c’est un besoin essentiel. D’ailleurs, depuis l’année dernière, nous sommes effectivement intégrés dans ce dispositif, avec toute la commune qui abrite notre institution, y compris les propriétaires privés qui sont là. Parce que nous veillons sur les foyers des étudiants. Régulièrement quand les étudiants ont de problème, l’université les accompagnent pour mieux comprendre, mieux engager les processus d’arrangement ; et, on évite d’aller devant un tribunal entre un étudiant et un propriétaire. Donc, l’appelle que je peux lancer aux propriétaires, c’est que quand ils continuent à recevoir et à gérer correctement la vie de ces étudiants, ils le font pour eux-mêmes et pour leurs enfants ; parce que ce sont des enfants de la nation. Et, on ne peut pas être indifférent vis-à-vis des difficultés des étudiants. Ça ne veut pas dire que nous allons payer leurs loyers, mais nous allons continuer à intervenir tant que ça sera nécessaire pour que les étudiants puissent travailler dans les conditions acceptables et pour la qualification de leur résultat », a indiqué Dr Daniel Lamah.

Pour atténuer les difficultés des étudiants, notamment dans le cadre du transport (au moins), l’université de Kindia assure qu’un bus sera bientôt mis en circulation.

« Nous sommes tous conscients que le déplacement des étudiants pour les cours, notamment les cours qui commencent le matin ou ceux-là qui se tiennent vers la fin de la journée. Donc, il y a un bus que nous avons acheté et que nous attendons. Selon les dernières informations, il est déjà embarqué dans le bateau et nous l’attendons. Mais, on ne doit pas se contenter du seul bus qui va arriver, parce que nous avons beaucoup d’étudiants… Quand ont reste jusqu’à 18 heures ou 18 heures 30′, les étudiants ne peuvent pas avoir facilement le taxi pour rentrer », a confié Dr Daniel Lamah.

Mohamed M’bemba Condé pour Guineematin.com

Tél. : 628-51-88-88

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin