image d’archive

«… Nous avons quitté Entag pour venir à Sonfonia. Il m’a montré la boutique et il est monté sur le toit avec des ciseaux. Il a déchiré les tôles et s’est engouffré par ce trou pour entrer dans la boutique où il a pris de l’argent et des téléphones. Moi, je suis resté dehors pour surveiller les mouvements des gens. Après l’opération, on a partagé les téléphones. J’ai eu 5 téléphones, Malick Camara a eu 5 téléphones et Amara Camara aussi- qui a été libéré à la gendarmerie de Sonfonia– a eu 5 téléphones… », ce sont de graves accusations proférées par Abdoul Aziz Camara au tribunal de première instance de Dixinn.

Deux jeunes (Malick Camara et Abdoul Aziz Camara) y étaient poursuivis pour « vol aggravé ». Mais, le tribunal de première instance de Dixinn (qui a rendu sa décision le jeudi dernier, jeudi 03 décembre 2020) n’a reçu que deux personnes. La troisième avait été libérée par la gendarmerie de Sonfonia. Pourtant, Aziz jure que tous les trois sont impliqués et ont partagé de façon équitable le butin… N’ayant pas exigé la comparution du nommé Amara Camara, libéré à la gendarmerie de Sonfonia, le tribunal de première instance de Dixinn, a condamné chacun d’entre eux à 5 ans d’emprisonnement et au payement de 10 millions de francs guinéens d’amende, rapporte un journaliste de Guineematin.com qui était au tribunal.

Malick Camara et Abdoul Aziz Camara sont sous mandat de dépôt depuis le 04 septembre dernier. Ils ont été écroués à la maison centrale de Conakry pour vol aggravé. Des faits qu’ils ont commis dans la nuit du 19 au 20 juillet 2020 dans une boutique à Sonfonia (un quartier de la commune de Ratoma). Ils sont entrés par effraction dans la boutique du commerçant Abdourahamane Baldé et ils y ont pris des téléphones et des numéraires avant de s’en fuir. Mais, ils finiront par être interpellés et déférés devant le parquet du tribunal de première instance de Dixinn, suite à une plainte déposée par la victime à la direction centrale de la police judiciaire (DPJ).

A la barre, Abdoul Aziz Camara a reconnu les faits articulés à son encontre ; alors que de son côté, Malick Camara a plaidé non coupable et clamé son innocence tout au long de leur procès.

Dans sa déposition devant le tribunal correctionnel présidé par le juge Alphonse Charles Wright, Abdoul Aziz Camara a présenté son coaccusé comme étant le cerveau de cette affaire de vol qui leur a créé des ennuis judiciaires. Il a aussi laissé entendre que c’est aux environs de 4 heures du matin qu’ils ont procédé à ladite opération.

« C’était la nuit. Malick m’a dit de l’accompagner quelque part. J’ai dit OK. Nous avons quitté Entag pour venir à Sonfonia. Il m’a montré la boutique. Il est monté sur le toit de la boutique avec des ciseaux. Il a déchiré les tôles, il s’est engouffré par ce trou pour entrer dans la boutique où il a pris de l’argent et des téléphones. Moi, je suis resté dehors pour surveiller les mouvements des gens. Après l’opération, on a partagé les téléphones. Moi, j’ai eu 5 téléphones, Malick Camara a eu 5 téléphones et Amara Camara aussi qui a été libéré à la gendarmerie a eu 5 téléphones. Le reste, on l’a revendu au marché Bordolais de Matoto », a expliqué Abdoul Aziz Camara.

Cependant, malgré les aveux de son coaccusé dans cette affaire, Malick Camara s’est entêté à suivre la voie de la négation des faits. « Je n’ai rien fait. Je ne connais rien dans cette affaire. Je n’ai rien reçu…», a-t-il déclaré.

Prenant la parole pour ses réquisitions, le ministère public a laissé entendre que tous les éléments constitutifs de l’infraction de vol aggravé sont constitués dans cette affaire. Et, en conséquence, il a demandé au tribunal de retenir les prévenus dans les liens de la culpabilité pour les faits mis à leur charge.

« Nous vous demandons de condamner Abdoul Aziz Camara et Malick Camara à 3 ans d’emprisonnement chacun. Et, pour les intérêts civils, comme la victime Abdourahmane Baldé n’a pas fini d’évaluer le préjudice subi, le ministère public vous demande de réserver ses intérêts », a requis le procureur audiencier, Boubacar 1 Bah.

Finalement, dans son délibéré, le tribunal a condamné chacun des prévenus à 5 ans de prison ferme et à 10 millions de francs guinéens d’amende.

Saïdou Hady Diallo pour Guineematin.com

Tél. : 620589527/654416922

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin