A l’image de leurs collègues de Sonfonia et d’autres institutions d’enseignement supérieur de l’intérieur du pays, les étudiants de l’Université Gamal Nasser de Conakry ont manifesté également ce jeudi, 17 décembre 2020. Ils protestent contre les frais d’inscription et de réinscription jugés trop élevés, a constaté un reporter de Guineematin.com qui était sur place.

 

Ils étaient une centaine d’étudiants de l’Université Gamal Abdel Nasser de Conakry à répondre à l’appel du collectif des étudiants pour la réduction des frais d’inscription et de réinscription (CERFIR). Pancartes et banderoles en mains, ils ont défilé pendant une demi-heure environ devant le rectorat de cette institution d’enseignement supérieur. Les manifestants exigent la baisse des frais de réinscription de 200 000 francs à 30 000 francs guinéens.

Mory Camara

« Nous manifestons pour dénoncer la hausse des frais de réinscription, qui depuis deux ans, ont connu une augmentation injustifiée. Donc, le but de cette manifestation est de demander au ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique de procéder au rabaissement des frais d’inscription et de réinscription. Car nous n’avons pas de source de revenu et la crise sanitaire a impacté négativement la situation financière de nos parents », a déclaré Mory Camara, étudiant en licence 3 Génie civil.

Ibrahima Traoré

Cet autre manifestant, Ibrahima Traoré, étudiant en licence 3 Mathématiques, dit ne pas comprendre la hausse « vertigineuse » des frais de réinscription, qui sont passés de 30 000 à 200 000 francs. « On a envie de comprendre où vont ces 200 000 francs. On nous a parlé de prise en charge médical, de construire des laboratoires, mais sur le terrain on n’a rien vu de concret. Tout à l’heure, on était en train d’étudier en informatique, mais il n’y a même pas de machines. Qui peut faire la théorie en informatique sans faire la pratique ? Donc, les autorités doivent comprendre que nous souffrons », a-t-il lancé.

Moussa Diallo

« Nous exprimons aujourd’hui notre cri de cœur. Au temps du ministre Yéro, il avait élaboré un plan pour expliquer à quoi serviront les frais d’inscription et de réinscription. Mais le problème, c’est qu’on ne voit rien sur le terrain. Par exemple, si un étudiant tombe malade, c’est un véritable problème pour avoir les soins qu’il faut. Donc, nous exigeons la baisse des frais de réinscription », a dit Moussa Diallo, étudiant en Génie industriel et maintenance à l’Université Gamal Abdel Nasser de Conakry.

 

Pour calmer les ardeurs des manifestants, les autorités de l’Université leur ont demandé des représentants pour poursuivre les négociations déjà entamées pour chercher à trouver un compromis. C’est ainsi que les étudiants ont mis fin à leur manifestation pour aller désigner l’équipe qui va les représenter lors des négociations avec les autorités.

Ismaël Diallo pour Guinéematin.com

Tél. : +224 624 69 33 33

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin