A quelques jours des fêtes de fin d’année, les préparatifs vont bon train dans les plages de Conakry. Les promoteurs de ces lieux de loisir renforcent leurs dispositifs à tous les niveaux pour répondre aux attentes des visiteurs. Mais, certains d’entre eux rencontrés par un reporter de Guineematin.com, ce mardi 22 décembre 2020, disent être confrontés à un sérieux problème lié à l’assainissement des plages.

Les fêtes de fin d’année sont les périodes pendant lesquelles les plages sont le plus fréquentés, à Conakry. A cette occasion, de nombreux jeunes (filles et garçons) se ruent vers ces bordures de mer pour se divertir. Une aubaine pour les promoteurs de ces lieux de loisir qui vont en profiter pour augmenter leur chiffre d’affaires. C’est pourquoi, ils s’activent pour bien préparer ce rendez-vous annuel. Selon Aly Millimono, le chargé des opérations de la plage de Takonko, plusieurs réaménagements sont en cours sur les lieux.

« Les préparatifs des fêtes de fin d’année évoluent bien. En raison de la présence de la pandémie du coronavirus dans notre pays, il n’y aura pas de spectacles cette année. Mais, nous travaillons tout de même à offrir le maximum de confort et de sécurité à nos clients. C’est dans ce cadre que nous avons décidé de limiter le nombre de places pour ne pas qu’il y ait un grand attroupement sur la plage. Nous avons aussi des agents de sécurité bien formés, nous avons même des maîtres-nageurs qui surveillent ceux qui veulent aller nager. Donc, nos clients peuvent être rassurés, car toutes les dispositions sécuritaires sont prises à la plage Takonko », a-t-il indiqué.

Il souligne cependant que ces préparatifs se heurtent à une grande difficulté au niveau de l’assainissement de la plage. « Chaque jour, on nettoie la plage et on collecte les ordures, mais les autorités ne viennent pas pour le ramassage. Souvent, on envoie des courriers à la commune pour solliciter un appui dans ce sens. Les autorités communales sont même passées ici il y a une semaine, elles ont promis de nous aider dans le ramassage des ordures. Mais jusqu’à présent, il n’y a rien à signaler, on n’a pas eu une suite favorable. On est obligés parfois de louer un camion et une machine qui fait le ramassage pour faire sortir les ordures de la plage et les amener au dépotoir. Mais, le coût est trop élevé pour nous », a dit Aly Millimono.

Cette préoccupation est partagée aussi par Mohamed Soumah, membre de l’Association Jeunesse Environnement et Développement (AJED), qui gère la plage de Rogbanè. « L’eau rejette beaucoup d’ordures sur la plage et c’est nous qui nettoyons ici. Mais on n’a pas les moyens pour louer des camions et transporter ces ordures vers le dépotoir. Donc, quand nous nettoyons la plage, nous regroupons les déchets dans un seul endroit, c’est pourquoi il y a une montagne d’ordures ici.

Les autorités ne fournissent aucun effort de ce côté pour venir nous venir en aide. On est partis plusieurs fois vers les autorités communales, mais il n’y a jamais eu de suite », a-t-il regretté, avant d’interpeller le président Alpha Condé sur cette situation. « Le chef de l’État doit venir au secours de sa jeunesse. Comme il dit être là pour la jeunesse, voilà des jeunes sur le terrain qui cherchent à progresser et qui ont besoin d’un soutien pour réussir ».

Ismaël Diallo pour Guineematin.com

Tel. +224 624 69 33 33

 

Facebook Comments Box

Commentaires

Alpha Guineematin.com