Corruption, injustice… l’évêque de N’Zérékoré nomme les maux qui gangrènent la Guinée

A l’occasion de la messe marquant la célébration de Noël, ce vendredi 25 décembre 2020, l’évêque de N’Zérékoré a tenu un discours poignant, dans lequel il a dénoncé les « maux » qui empêchent le développement de la Guinée. Il s’agit selon lui, de la corruption, l’injustice, et la démagogie. Le leader religieux a invité les Guinéens à se débarrasser de ces mauvaises habitudes pour le bien du pays, rapporte le correspondant de Guineematin.com dans la ville.

Cette année, trois lieux de prière ont été choisis pour la célébration de Noël dans la commune urbaine de N’Zérékoré. Il s’agit de la Cathédrale de la ville et des chapelles de Tilépoulou et de Horoya I. Au niveau de la Cathédrale, la cérémonie a été présidée par Monseigneur Raphaël Balla Guilavogui, l’évêque du diocèse de N’Zérékoré et président de la conférence épiscopale de Guinée. Dans son homélie, le leader religieux a déploré les différentes crises qui ont secoué la Guinée au cours de cette année, avant d’inviter les Guinéens à mettre fin à la corruption, l’injustice, et la démagogie. Des maux qui, selon lui, empêchent le développement du pays.

« Dans notre pays et au niveau de notre région, N’Zérékoré, nous avons traversé et nous traversons des crises sur tous les plans : sociopolitique, économique et aussi sur le plan de la religion. Car combien de fois des crises politiques se sont transformées en crises confessionnelles ? Les élections de cette année, que ce soit les élections législatives, référendaire et présidentielle, ont été autant de crises sociopolitiques plus ou moins aigues, mais c’est à la lumière de l’évangile que nous devons pouvoir affronter ces crises et les surmonter avec la force de l’espérance en un monde meilleur.

Maintenant dans notre pays, nous avons dépassé les temps les plus difficiles et peut-être les plus délicats avec ces élections. À présent, l’heure doit être au travail et au travail bien fait. Mais comment ? Qu’attendons-nous désormais de nos élus ? N’est-ce pas qu’ils soient de bons travailleurs ? Qu’ils puissent progresser et faire progresser notre pays ? Nous avons maintenant nos députés et dans quelques semaines peut-être, nous aurons un nouveau gouvernement, des chefs de services, des directeurs et que sais-je encore. Qu’attendons-nous de ceux-ci ? Nous devons pouvoir, frères et sœurs, changer nos anciennes habitudes dans ce pays.

En effet, les postes ministériels, de directeurs ou encore de chefs de services, sont attribués parfois, non pas sur la base de la compétence, mais par le népotisme ou encore par la corruption. Il faut payer quelque chose, une certaine somme, pour avoir accès à un poste. Ou encore, il faut être de la parenté d’un haut placé pour pouvoir accéder à un poste. (…) Cela ne nous fera jamais avancer. Et le fils de Dieu est venu pour nous sauver de tous ces maux de la société guinéenne et africaine en général.

Ces maux qui se nomment la corruption, la gabegie, l’injustice et que sais-je. Le fils de Dieu est venu partager notre quotidien et pour nous dire : pardon quittons dans ça. Nous ne pouvons pas continuer comme ça, parce qu’avec la corruption, avec l’injustice, avec la démagogie, nous n’avancerons jamais », a déclaré Monseigneur Raphaël Balla Guilavogui.

De N’Zérékoré, Foromo Gbouo Lamah pour Guineematin.com

Tél: +224620166816/666890877

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS