Aboubacar Soumah accusé de détournement de 270 millions GNF et 18 mille euros : « il manipule les enseignants et les politiciens »

Mohamed Dantary Barry, professeur de langue anglaise

C’est une nouvelle qui pourrait, si elle se confirme, jeter un discrédit sur l’intrépide Aboubacar Soumah, le secrétaire général du syndicat libre des enseignants et chercheurs de Guinée (SLECG). Dans un entretien accordé à un reporter de Guineematin.com ce lundi, 28 décembre 2020, l’un de ses lieutenants pendant la grève des enseignants de 2018 l’a accusé de détournement de fonds. Mohamed Dantary Barry, professeur de langue anglaise (qui se considère encore comme le responsable chargé des mutuelles et coopératives au sein du bureau national du SLECG) menace même de trimbaler Aboubacar Soumah en justice pour connaitre la destination des 120 millions de francs guinéens (cotisés en 2018 par les enseignants), des 18 mille euros (donnés au SLECG en 2019 par des bonnes basées en Allemagne) et des 150 millions de francs guinéens (ristourne du SLECG après le recensement des enseignants).

Selon notre interlocuteur, Aboubacar Soumah (élu à la tête du SLECG le 26 janvier 2018) a toujours géré de façon opaque les finances du SLECG et détourné ce syndicat de son objectif, en violation des textes qui le régissent. Mohamed Dantary Barry accuse aussi son ancien patron d’être « un grand manipulateur » qui surfe sur les crises (les grèves des enseignants) pour se mettre pleines les poches.

« Depuis que Aboubacar Soumah et nous avons été élus le 26 janvier 2018, il (Aboubacar Soumah) a toujours violé les textes. C’est quelqu’un qui n’a ni la capacité, ni la compétence, ni la légitimité de diriger un syndicat. Le SLECG d’avant, ce n’est pas le SLECG d’aujourd’hui. Il a complètement détourné les objectifs du SLECG au profit peut-être de son intérêt personnel et au profit des politiciens. Aboubacar Sylla est un grand manipulateur. Il manipule non seulement les enseignants ; mais aussi les politiciens en prétextant qu’il peut faire quelque chose pour eux. Egalement, s’il y a une crise, il joue aussi le jeu. Parce qu’il y a des hauts cadres de l’Etat, lorsqu’il y a des grèves, ils essaient de jouer aux sapeurs-pompiers. Et lui (Aboubacar Soumah), ça fait son affaire. Parce qu’il a transformé le SLECG en un fonds de commerce. Il est devenu un affaire-man syndicaliste », a accusé Mohamed Dantary Barry.

Cependant, ces accusations pourraient être perçues comme de l’acharnement pour tenter de régler des comptes. Car, elles proviennent de la bouche de quelqu’un qui a été exclu du SLECG par le mis en cause dans cette affaire. Mais, Mohamed Dantary Barry jure que son exclusion de ce syndicat a été motivée par le fait qu’il ait demandé des comptes à Aboubacar Soumah.

« Théoriquement, on a été exclu. Il y avait moi et six autres de mes collègues. Mais, il n’y a jusque-là, aucun acte écrit qui a été pris contre nous. Donc, je suis toujours le responsable du SLEC chargé de des Mutuelles et coopératives. Il est dit dans l’article 5 du règlement intérieur du SLECG qu’aucun membre du bureau exécutif national ne doit faire l’objet de sanction. Aboubacar Soumah fait fi de ça pour violer les textes. Depuis 2018, Aboubacar Soumah refuse de faire un plan d’action ; depuis 2018, on n’a pas un cahier de comptabilité, il n’y a pas de compte-rendu », assure-t-il.

A en croire Mohamed Dantary Barry, son ancien collaborateur, Aboubacar Soumah, est coupable du détournement de plusieurs centaines de millions de francs guinéens appartenant au SLECG.

« Lorsqu’on a reçu les 40% d’augmentation en fin 2018, tous les enseignants ont cotisé au minimum 15 mille ; ce qui nous a fait un minimum de 120 millions. Jusqu’à date, aucun compte-rendu n’a été fait. En plus, quand on est allé en grève 2019, l’Etat avait suspendu les responsables du SLECG que nous sommes, on ne nous payait pas. On a alors demandé aux personnes de bonne volonté de venir nous aider. Il y a eu des personnes à l’extérieur qui nous ont aidés. Ce qu’on a envoyé de l’Allemagne, c’est plus de 18 mille euros. Aux Etats-Unis aussi on a eu à mobiliser un montant important grâce à Doussou Condé. Mais, tout l’argent a été remis à Aboubacar Soumah ; et, jusque-là aucun compte-rendu n’en a été fait… Après le recensement des enseignants, le ristourne faisait 150 millions de francs guinéens. Il a bouffé tout cet argent. Aboubacar Soumah est allé prendre de l’argent à la Primature au nom du SLECG. La copie du chèque existe, mais jusque-là aucun compte-rendu n’a été fait aux membres du bureau du SLECG. Le SLECG n’a aucun compte bancaire. On va utiliser tous les moyens légaux y compris celui de la justice pour connaître la destination de tout cet argent », a indiqué Mohamed Dantary Barry.

Ibrahima Sory Diallo pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 621 09 08 18

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS