Oyé Guilavogui, ministre de l’Environnement

« Il ne faut pas que Macenta ressemble un peu à Bambéto. Ici, c’est une terre bénie ». Ces propos tenus hier, lundi 28 décembre 2020, par Oyé Guilavogui, ministre de l’Environnement, des Eaux et Forêts, suscitent une vague d’indignation en Guinée. Les réactions se multiplient notamment au sein de la classe politique pour condamner cette sortie d’un ministre de la République qui stigmatise une localité du pays.

Dans un entretien accordé à Guineematin.com, ce mardi 29 décembre 2020, Joachin Baba Millimouno, le coordinateur adjoint de la cellule de communication de l’UFDG, dénonce une « insulte » vis-à-vis des artisans du combat démocratique en Guinée.

Joachim Baba Millimono

« Il y a des personnes en Guinée, qui ne méritent qu’on leur donne la parole en public ; pas par mépris, mais c’est au regard de leur attitude et leur raisonnement. Oyé Guilavogui, on connait qui il est. Maintenant, aller jusqu’à demander à Macenta de ne pas ressembler à Bambéto, c’est une insulte. Je pense que c’est le comble de l’ineptie. Mais, je n’en veux pas trop à Oyé Guilavogui. Parce qu’il est l’un des lieutenants de monsieur Alpha Condé.

Et Alpha Condé ne gouverne que par ethno-stratégie depuis 2010. Donc, cette communautarisation de la politique et la politisation à outrance de l’ethnie et de la communauté sont devenues des pratiques courantes depuis 2010. Donc, Oyé est dans la logique de son patron, parce que son patron ne peut prospérer que dans ça : dans la tribalisation, dans la division », a déclaré Joachin Baba Millimouno.

Pour ce responsable de l’UFDG, au lieu d’être stigmatisée, la localité de Bambéto (en banlieue de Conakry) doit plutôt être célébrée. Car, dit-il, c’est un symbole de la lutte pour la démocratie en Guinée. « Moi, je vais dire qu’aujourd’hui, il est important que toute la Guinée ressemble à Bambéto. Parce que Bambéto, c’est le dernier rempart de la démocratie ici aujourd’hui.

La lutte pour la démocratie a été menée dans cette zone et par les habitants de cette zone depuis près de 20 ans. Qu’il se rappelle bien que le RPG a eu des difficultés à fonctionner dans la commune de Matam. Chassé de Matam, il est venu installer son siège dans cette zone, à Hamdallaye. Et, c’est cet axe-là qui a protégé le RPG et son siège.

Il a fallu que le RPG ait le pouvoir qu’il fasse preuve d’égoïsme pour transférer finalement son siège à Gbessia, dans la commune de Matoto. Alors, demander aujourd’hui à une partie de la Guinée de ne pas ressembler à Bambeto, c’est insulter la mémoire de toutes ces personnes tombées pour la défense de la démocratie. C’est insulter le combat que les citoyens guinéens ont mené depuis tout ce temps-là.

Et comme le disait Me Mohamed Traoré, Bambéto ce n’est plus un nom de quartier, Bambéto est devenu un symbole. Bambéto, c’est une zone qui, à mon avis, doit être déclarée place des martyrs, c’est une zone sacrée pour la démocratie. Les gens de cette zone-là méritent respect et considération. Parce que ces gens-là, ils mènent le véritable combat, ils n’ont jamais lutté contre un individu.

Sinon, comment comprendre qu’ils aient lutté pour défendre le RPG et monsieur Alpha Condé ? Comment comprendre qu’ils aient lutté ici au temps du CNDD ? En janvier et février 2007, on a vu ce qui s’est passé. Avec le CNDD, en 2009, nous avons vu comment Bambéto s’est mobilisé. Et aujourd’hui encore, Bambéto continue de se mobiliser.

Et après Alpha Condé, même si Cellou Dalein Diallo est président de la République, Bambéto continuera à se mobiliser tant que les principes démocratiques et les libertés fondamentales ne seront pas respectés. Parce que ces gens-là, ils mènent un combat noble. Le véritable combat dans lequel tout guinéen devrait se reconnaître aujourd’hui », estime ce collaborateur de Cellou Dalein Diallo.

Ibrahima Sory Diallo pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 621 09 08 18

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin