Une vindicte populaire a eu lieu ce mercredi, 30 décembre 2020, à Bounouma, une sous-préfecture située à 12 kilomètres de la ville de N’Zérékoré. De nombreux jeunes en colère ont brûlé vif un présumé bandit devant le poste de gendarmerie de cette localité. La victime est accusée d’avoir assassiné un conducteur de taxi moto avant d’emporter sa moto, a appris Guineematin.com à travers son correspondant à N’Zérékoré.

 

Depuis une semaine, les conducteurs de taxis motos évoluant entre N’Zérékoré, Diécké et Bounouma étaient entre consternation et anxiété. Cela, après l’assassinat d’un des leurs par des individus non identifiés. Et, c’est la moto de cette victime qui a été retrouvée ce mercredi 30 décembre dans les mains d’un jeune homme. Sans se poser des questions, ils ont décidé de tuer l’intéressé, qu’ils accusent d’être l’assassin de leur ami.

 

« Le 23 décembre dernier, un conducteur de taxi moto très connu dans la zone a été tué dans la forêt de Diécké et sa moto a été emportée. Les services de sécurité avaient ouvert une enquête pour chercher à mettre main sur l’auteur de ce meurtre. Et ce mercredi matin, la moto en question a été retrouvée dans les mains d’un jeune à Gbèlèye. C’est ainsi que les conducteurs de taxis motos, en compagnie du frère de la victime, se sont rendus dans la famille du jeune qui avait la moto. Ils ont mis main sur l’intéressé et l’ont conduit au poste de gendarmerie de Bounouma », explique le maire de la commune rurale de Bounouma, Ouo Vieux Mamy.

 

Quelques temps après, ajoute le maire, « les conducteurs de taxis motos se sont massivement regroupés devant la gendarmerie pour exiger qu’on leur livre le jeune homme pour qu’ils se rendent justice. Vu qu’ils étaient très nombreux, parce que certains ont quitté N’Zérékoré et Diécké pour aller s’ajouter à ceux de Bounouma, les autorités locales ont dû céder à leur pression. Pour ne pas aggraver la situation, elles n’avaient pas le choix que de livrer le jeune aux taxi-motards, qui l’ont brûlé vif devant la gendarmerie. Ils sont ensuite partis à Gbèlèye, son village, où ils ont saccagé trois cases et vandalisé une maison ».

Ouo Vieux Mamy déplore cette situation et invite les citoyens à éviter de tels agissements. « Quand il y a un problème, les gens doivent laisser les services compétents mener des enquêtes pour identifier l’auteur et le sanctionner. Parce que le jeune qui a été brûlé aujourd’hui, on ne sait même pas si c’est lui qui a enlevé la moto. Il se peut que ça soit quelqu’un d’autre qui lui ait confié la moto. Maintenant, il a été tué sans avoir eu l’occasion de s’expliquer », regrette l’autorité locale.

De N’Zérékoré, Foromo Gbouo Lamah pour Guineematin.com

Tél : +224620166816/666890877

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin