Dix-sept personnes tuées dans les violences intercommunautaires qui ont secoué la ville de Macenta les 26 et 27 décembre 2020, ont rejoint leur dernière demeure loin de leurs familles. Leurs corps ont été enterrés hier, mercredi 30 décembre, dans la forêt du 1er mai de N’Zérékoré.

 

Selon les informations confiées au correspondant local de Guineematin.com, c’est dans une fosse commune que les 17 corps ont été enterrés. Avant cela, les autorités avaient fait appel à plusieurs familles de victimes qui ont quitté Macenta pour venir identifier les corps, qui se trouvaient à la morgue de l’hôpital régional de N’Zérékoré. Certains corps ont pu être identifiés tandis que d’autres n’étaient pas identifiables.

 

Ensuite, les autorités de N’Zérékoré et de Macenta se sont retrouvées avec les proches des victimes à la résidence du gouverneur de la région. Après d’intenses discussions, ils ont finalement réussi à trouver un accord permettant d’inhumer les victimes en l’absence de leurs parents. Ces derniers se sont contentés de prier sur les corps avant de rentrer à Macenta.

 

Ce sont des agents des forces de défense et de sécurité qui auraient procédé à l’enterrement des 17 corps dans une fosse commune, au niveau de la forêt du 1er mai, dans la commune urbaine de N’Zérékoré. Selon les témoignages de certains habitants de Macenta, ces 17 personnes ne sont pas les seules victimes des affrontements entre Tomas et Manians dans cette ville.

 

Certains auraient été enterrés par leurs familles sans même avoir été déclarés à l’hôpital alors que d’autres sont portés disparus.

De N’Zérékoré, Foromo Gbouo Lamah pour Guineematin.com

Tél : +22462016816/666890877

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin