Kaba Mamadi, Consultant en digitalisation-NTIC-TELECOM


Libre Opinion : La République de Guinée, en ratifiant en 1993 la Convention Cadre des Nations
Unies sur les Changements Climatiques (CCNUCC), s’est engagée à œuvrer pour une politique de développement durable, basée sur l’utilisation rationnelle des ressources naturelles et l’amélioration des techniques de production.

Le développement durable est un développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures de répondre aux leurs. Il  associe de façon équilibrée des objectifs économiques, sociaux et environnementaux.

Le développement durable exige des entreprises certaines règles de conduite dans leur fonctionnement et des outils nouveaux de fonctionnement dont au nombre de ceux-ci, la Responsabilité Sociale des Entreprises (RSE).

Il s’agit pour l’entreprise, avec la RSE d’aller au-delà des exigences légales minimales et des obligations  des conventions collectives pour:

Améliorer la qualité et les conditions de travail des salariés (formation, sécurité, bien-être et vie extra-professionnelle, etc.) ;  
Rendre plus fluide les relations entre la direction et le personnel ;
Favoriser un mode de consommation et de production durable ;
Améliorer ses relations avec l’ensemble de ses parties prenantes ;
Faire une gestion intégrée de ses objectifs économiques, aux besoins socio-économiques de la population et des objectifs environnementaux.

C’est dans cet ordre d’esprit que nous nous sommes intéressés aux opérateurs de la téléphonie en République de Guinée. Les opérateurs de la téléphonie tiennent-elles compte du développement durable ? Il est difficile de dire oui ou non en réponse à cette question.

Cependant, il a été constaté que dans le cadre de l’exercice de l’activité de la télécommunication, il y a production d’ondesélectromagnétiques nocives et de gaz à effet de serre qui impacte négativement l’environnement entrainant :

1. La Pollution électromagnétique : les ondes électromagnétiques invisible dans la nature peuvent provoquer des problèmes de santé de la population telleque la migraine et peut augmenter le risque lié aux cancers. Egalement, lémission des champs magnétiques radio et autres affecte la reproduction de certaines plantes.
2. La production de gaz à effet de serre : il est vrai que certains opérateurs ont mis en place des politiques basées sur l’énergie solaire mais force est à constater que,malgré, il existe une forte utilisation des groupes électrogènes sur des milliers de sites. Le CO2   dégagé par cette source d’énergie favorise le changement climatique.

Dans un autre sens, il est à reconnaître que lesdits opérateurs créent de l’emploi et participe au développement du pays. Nous pensons que cela devrait se faire dans un esprit de développement durable. Pour ce faire, l’Etat peut :

1. Instituer une réglementation axée sur la RSE à l’instar du secteur Minier ;
2. Mettre en place une politique globale à laquelle tous les opérateurs seront soumis afin de permettre la réduction des impacts liés aux ondes nocives et sources énergétiques à effet de serre ;
3. Instituer une taxe écologique.

Cet article est le fruit d’une étude conjointe en cours de réalisation liée à l’Economie Numérique en Guinée !

Co-écrit Par Kaba Mamadi Spécialiste en Digitalisation/NTICs/TELECOM et N’Faly Diakité Juriste et Fiscaliste

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin