Décès du préfet de Gaoual : les ressortissants choqués par le comportement de l’Administration du territoire

La dépouille mortelle du préfet de Gaoual, Souleymane Sow, ingénieur hydrologue, décédé le mercredi dernier, 6 janvier 2021, à Conakry, à l’âge de 67 ans, a été transportée ce jeudi pour Koumbia, dans la préfecture de Gaoual, pour son inhumation, prévue demain, vendredi 8 janvier après la prière de 14 heures. Mais avant, parents, amis et connaissances se sont succédé toute la journée d’hier à son domicile, à Gombonya, dans la préfecture de Coyah, pour la présentation des condoléances, suivie, ce jeudi matin, de la levée du corps à la morgue de l’hôpital national d’Ignace Deen.

Feu Souleymane Sow, préfet de Gaoual

Si la première partie des obsèques s’est bien déroulée, la cérémonie de levée du corps par contre a été choquante et révoltante, a constaté Guineematin.com, à travers un de ses journalistes.

Le défunt préfet, décédé dans l’exercice de ses fonctions, a été privé de symposium et sa dépouille mortelle, comme une vulgaire personne, a été embarquée dans une vielle pickup de l’Agence nationale de la sécurité sanitaire comme s’il n’y a ni corbillard, ni ambulance à la portée du département ou des ressortissants de Gaoual.

Une attitude qui a choqué et même révolté la communauté de Gaoual et qui n’a pas laissé indifférent monsieur Ousmane Diallo, le Président de l’Union des ressortissants de Koumbia à Conakry (l’URKC).

Ousmane Diallo, Président de l’Union des ressortissants de Koumbia à Conakry

« C’est vrai que nous appelons tout le monde au calme ; mais, ce qu’est s’est passé est choquant ! Nous sommes venus ici à la morgue à 9 heures. Quelques minutes après, une délégation du département de l’Administration du territoire et de la décentralisation, conduite par le Chef de cabinet, Sékou Amadou Cissé, et comprenant le Directeur national de la centralisation, Abdoulaye Kaba, et le Directeur national adjoint de la centralisation, Moustapha Barry. A peine arrivé, le Chef de cabinet a présenté les condoléances à ceux qui étaient présents et a dit qu’il y a beaucoup de discours au programme mais qui seront lus à Gaoual, chez le défunt. Immédiatement, il a ordonné son embarquement, sans attendre l’heure convenue pour la levée du corps, fixée par le département à 10 heures. Il a dit que le département prendra tout en charge. Les sages étaient en route et beaucoup d’autres cadres et ressortissants de Gaoual aussi, de même que les proches du défunt.

Mais, ce qui nous a le plus indignés, c’est le fait d’embarquer le corps de notre préfet, mort en fonction, dans une vielle pickup comme si les fils et filles de Gaoual ne pouvaient pas lui trouver un corbillard ou une ambulance. Pourtant, Gaoual dispose de deux ambulances, une qui appartient à l’Etat et l’autre offerte par un de nos ressortissants », a lancé le président de l’URKC.

Honorable Fafa M’Bira Mané, député uninominal de Gaoual

Pour essayer de réparer cette faute, le député uninominal de Gaoual, Honorable Fafa M’Bira Mané, est entré en contact avec le gouverneur de Boké, le Général Siba Lohalamou. Ce dernier a promis de reprendre le corps, le remettre dans une ambulance et le faire accompagner jusqu’à destination avec tous les honneurs dus à son rang.

On annonce que le député de Gaoual, des dizaines de membres de la famille du défunt et des ressortissants basés à Conakry et d’ailleurs ont décidé d’accompagner la dépouille mortelle de Monsieur Souleymane Sow jusqu’à sa dernière demeure.

A rappeler que partout (que ce soit à son domicile, à la morgue ou ailleurs), les témoignages pleuvent sur le comportement humain, loyal, religieux et patriotique de cet ancien haut cadre du département de l’Hydraulique, natif de Kamelé (Koumbia), nommé préfet de Gaoual depuis sept ans.

Paix à l’âme de Monsieur Souleymane Sow, amine !

Abdallah Baldé pour Guineematin.com

Tél. : 628089845

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS