Un mouvement de colère a éclaté ce lundi matin, 11 janvier 2021, au quartier Sangoyah, dans la commune de Matoto (Conakry). Plusieurs jeunes ont manifesté dans la rue pour protester contre le manque de courant électrique dans cette localité. Les forces de l’ordre sont rapidement intervenues pour disperser les manifestants, a constaté un reporter de Guineematin.com qui était sur place.

Il était 7 heures du matin, lorsqu’une cinquantaine de jeunes ont investi l’autoroute Fidel Castro. Ils ont déversé des ordures, des pneus usés et des cailloux sur la route, empêchant momentanément la circulation. Ils protestent ainsi contre le manque de courant électrique depuis environ un mois dans les secteurs 1 et 2 du quartier Sangoyah.

 

« Depuis le 24 décembre 2020, nous sommes dans le noir ici, aux secteurs 1 et 2 du quartier Sangoyah 2ème porte. On a tout fait pour avoir le courant, mais rien n’a marché. Nous avons informé le DG d’EDG qui est là mais hélas, on a compris qu’ils veulent se foudre de nous. Comme la voie pacifique n’a pas marché, on a décidé de sortir dans la rue pour nous faire entendre. L’objectif, c’est de nous battre jusqu’à ce qu’on rétablisse le courant dans notre quartier. On ne va pas brûler les pneus ni rien, mais on empêchera la circulation pour qu’on soit entendu », a expliqué un manifestant sous anonymat.

 

Ce mouvement de protestation n’est pas le premier à Sangoyah 2ème porte. La semaine dernière, plusieurs jeunes avaient déjà manifesté pour exiger le rétablissement de la fourniture du courant dans ce quartier. Et, selon Mamadouba Sylla, un autre protestataire, ils ne vont pas baisser les bras tant qu’ils ne seront pas entendus.

Mamadouba Sylla, manifestant

« Depuis le 23 décembre, jour où notre transformateur est tombé en panne, les agents de l’EDG sont venus le prendre et l’envoyer. Depuis lors, ils ne l’ont pas ramené et nous, nous continuons à vivre dans le noir. Nous avons informé le chef de secteur, le chef de quartier, et même le maire de la commune de Matoto sont au courant de notre situation, mais personne ne se bouge. C’est pourquoi nous les jeunes, avons décidé de descendre dans la rue pour semer la pagaille. Parce qu’en Guinée, il faut ça pour qu’on vous prenne au sérieux. Donc, tant qu’on n’aura pas de courant, on va continuer cette lutte jusqu’au bout », a-t-il promis.

 

Mais, cette manifestation n’aura pas duré longtemps. La police est vite intervenue à coups de gaz lacrymogène pour disperser les protestataires et rétablir la circulation.

Malick Diakité pour Guineematin.com

Tél. : 626-66-29-27

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin