Ils sont partagés aujourd’hui entre inquiétude et interrogation. Plusieurs habitants du quartier Kakimbo, dans la commune de Ratoma, sont menacés de déguerpissement. Rencontrés par un journaliste de Guineematin.com, ce mardi 12 janvier 2021, ces citoyens ont interpellé les autorités sur leur situation.

Ce sont trois concessions et une cinquantaine de gargotes et de conteneurs qui ont été marqués de croix rouges dans le secteur Oumar Barry, relevant du quartier Kakimbo. Leurs occupants sont sommés de libérer les lieux par le ministère de la Ville et de l’Aménagement du Territoire. Une situation préoccupante pour ces citoyens, qui n’arrivent pas à comprendre cette situation. C’est le cas de Kadiatou Barry, dont la maison familiale est visée par ce déguerpissement.

Kadiatou Barry

« Nous sommes inquiets, d’autant plus que notre père et notre mère sont tous décédés, l’aîné de mon père est en voyage, notre grande sœur aussi n’est pas là, c’est seulement moi qui suis là. Mon père avait épousé quatre femmes, la famille n’a aucun soutien aujourd’hui. Donc, je prie l’Etat d’avoir pitié de nous. S’il y a une possibilité d’épargner notre maison de cette casse, nous en serons heureux. Mais s’il n’y a aucune possibilité, je leur demande de nous recaser ou nous donner un montant à la valeur de notre maison pour qu’on aille habiter ailleurs parce qu’on n’a nulle part où aller », a-t-elle déclaré.

madame Adama Baïlo Diallo

Cette autre mère de famille qui habite dans le périmètre à déguerpir exhorte l’Etat à épargner sa maison ou à défaut, à l’indemniser convenablement. « Des agents sont venus il y a quelques jours pour nous demander de quitter notre maison sans nous dire le pourquoi. Notre maison a été construite il y a plusieurs années, mais on ne nous avait jamais dit qu’on était dans une zone où ne devait pas habiter. Nous demandons la clémence de l’Etat. S’ils savent que la maison ne peut pas être épargnée, qu’on nous dédommage au moins », a lancé madame Adama Baïlo Diallo.

Mody Oumar Barry, chef du secteur menacé

Tout comme ces citoyens, le chef de secteur Mody Oumar Barry soutient aussi qu’il n’est pas situé sur les raisons de cette opération de déguerpissement. Il dit avoir mené des démarches à cet effet, mais en vain. « C’est à mon absence que ces bâtiments ont été cochés. Et depuis, je n’ai eu aucune information sur les raisons de cette situation. Aucune autorité, pas même le président du conseil de quartier n’est venue me dire que ces maisons ont été cochées pour telle ou telle autre raison.

Mes citoyens sont venus me demander ce que je sais de cette opération de déguerpissement annoncée, je leur ai dit de rester calmes et que tout ce qui adviendra nous le saurons. Sinon je n’ai été informé ni de près ni de loin du marquage de ces bâtiments. Personnellement, je suis allé à la commune de Ratoma pour en savoir davantage, mais on ne m’a donné aucune explication. Donc, on est là, on ne sait rien de cette opération. Nous continuons tout de même à sensibiliser les citoyens », a dit l’autorité locale.

En attendant le début du déguerpissement annoncé, certains citoyens qui étaient en location ont déjà commencé à quitter les lieux.

Ibrahima Sory Diallo pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 621 09 08 18

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin