Plusieurs leaders d’opinion ont pris part à une journée de dialogue qui s’est tenue le 14 janvier 2021 à Kissidougou. Organisée par l’ONG Search for common ground, en partenariat avec la Synergie communale des acteurs de la paix (SYCAP), la rencontre a porté sur les violences postélectorales qui ont secoué la ville en octobre dernier. Il était question de discuter sur les causes de ces violences et de proposer des solutions pour éviter une telle situation à l’avenir, rapporte le correspondant de Guineematin.com basé à Faranah.

 

Au lendemain de l’élection présidentielle du 18 octobre 2020, des violences ont éclaté entre partisans du pouvoir et de l’opposition dans la commune urbaine de Kissidougou. De nombreuses boutiques ainsi que des maisons d’habitation avaient alors été vandalisées et pillées, d’autres incendiées. C’est pour éviter une telle situation dans le futur et maintenir une paix durable dans cette ville que l’ONG Search for common ground et son partenaire de la SYCAP ont organisé cette journée d’échanges.

 

La rencontre a mobilisé plusieurs leaders d’opinion, dont des élus locaux, des responsables religieux, des représentants des différentes communautés vivant à Kissidougou et des activistes de la société civile. Selon Faya Michel Tedouno, président de la Synergie communale des acteurs de la paix (SYCAP), l’objectif est de rechercher une solution pour une paix durable à Kissidougou.

Faya Michel Tedouno, président de la Synergie communale des acteurs de la paix (SYCAP)

« Les dernières élections se sont très bien passées à Kissidougou. Mais après le scrutin, des violences ont éclaté dans la ville, face auxquelles on ne peut pas rester indifférent. On a donc identifié toutes les familles victimes et on a remonté un plaidoyer vers Search for common ground dans le but de venir rencontrer ces familles pour leur remonter le moral et voir sur le plan matériel ce qu’il fallait faire. C’est pourquoi nous avons organisé cette rencontre des leaders d’opinion qui sont écoutés au niveau de la commune, qui sont capables de nous aider auprès de ces familles victimes.

 

Nous sommes très satisfaits de ce qui a été fait parce que les gens ont été très clairs pendant les débats, chacun a parlé clairement. Et surtout ce qui m’a marqué, c’est l’intervention des jeunes qui reconnaissent que ce sont eux qui ont été poussés à agir et aujourd’hui, ils sont dans ce regret et ils ont pris conscience. Les interventions des chefs de quartiers, des chefs religieux et autres nous ont touchés du fond du cœur, et nous sommes orientés dans ce que nous devons faire désormais pour aboutir à un résultat positif que nous sollicitons depuis longtemps », a dit M.Tedouno.

Amadou Diogo Diallo, président du Club des amis pour le développement

A l’issue des travaux, les participants ont également exprimé leur satisfaction. Amadou Diogo Diallo, président du Club des amis pour le développement, estime que cette rencontre revêt une grande importance. « C’est une bonne initiative de Search for common ground. Je souhaite vraiment que ce genre de choses se multiplie à tous les niveaux. Parce que les points qu’ils ont touchés au cours de cette rencontre, ce sont des points qui poussent la population à avoir des idées de réconciliation, des idées de se rapprocher, pour prouver une fois de plus que Kissidougou est une ville de paix.

 

Et aussi, trouver des alternatives pour éviter dans le futur, ce qui nous est arrivé lors de cette crise postélectorale. Donc, la session a été productive parce qu’il y avait une représentativité : les communautés, les leaders religieux, en un mot l’ensemble des acteurs de la vie sociale de Kissidougou étaient tous représentés ici. Ce sont de bons canaux de communication parce qu’à travers eux, les messages peuvent aller loin. Donc, ils ont bien fait de miser sur ces canaux de communication pour atteindre la population à la base », a déclaré l’activiste de la société civile.

Moustapha Cissé, secrétaire général de la commune urbaine de Kissidougou

Les autorités locales saluent aussi l’organisation de cette rencontre. Le secrétaire général de la commune urbaine de Kissidougou, Moustapha Cissé, promet l’accompagnement de la mairie pour l’atteinte de l’objectif visé. « La commune urbaine ne ménagera aucun effort pour appuyer cette structure. Puisque la paix, c’est le baromètre du développement d’une préfecture, d’un pays. La paix n’a pas de prix, donc c’est quelque chose qu’il faut préserver.

 

Kissidougou a toujours préservé ça. Ce qui est arrivé récemment, c’est de la manipulation politicienne. Mais, je pense que Kissidougou a les ressources nécessaires et les bénédictions de ses ancêtres pour surmonter cela. C’est pourquoi, au nom de monsieur le maire, je rassure que la commune sera à votre disposition pour préserver ce trésor qui est la paix », a dit ce responsable de la mairie de Kissidougou.

 

Après cette journée d’échanges, les participants sont appelés à mener une sensibilisation dans les quartiers pour maintenir la paix à Kissidougou. De leur côté, les organisateurs promettent d’apporter un appui matériel aux victimes des violences postélectorales d’octobre 2020.

De Kissidougou, Bangoura Mamadouba pour Guineematin.com

Tél. : 00224620241513/660272707

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin