Décédé hier à l’hôpital national Donka des suites de maladie, l’ancien ministre Abdoul Kader Sangaré a rejoint sa dernière demeure ce mardi, 19 janvier 2021. Il a été inhumé cet après-midi au cimetière de Cameroun après la funèbre effectuée à la mosquée Kébéya de Coléah. C’était en présence du Premier ministre guinéen, Ibrahima Kassory Fofana, et de nombreux parents et amis du défunt, a constaté un reporter de Guineematin.com qui était sur place. Tous pleurent un homme humble, généreux, qui laisse un grand vide dans son entourage.

Djanko Cissé, ingénieur agronome, promotionnaire du défunt

Djanko Cissé, ingénieur agronome, promotionnaire du défunt : « Feu Kader était mon frère, un camarade de promotion à l’université. Donc, on a tissé des liens d’amitié depuis notre jeune âge. La particularité de notre relation, c’est que je l’ai choisi pour être le parrain de mon second mariage. Et, le premier fils de cette femme porte son nom. Il a été l’un des premiers à se marier parmi nous. Et quand il était en stage à la banque à Kindia, c’est chez lui qu’on venait manger quand on était à Kindia. Donc, c’est quelqu’un qui a été présent pour tous ses amis. Il a su garder tout le monde dans la paix et dans la tranquillité. Il a été généreux et gai. Autrement, il a servi ce pays. Car il a été ministre des sports, de l’environnement, mais aussi du commerce. Sa disparition crée un trou dans notre groupe ».

Moussa Kabassan Keita, cousin du défunt

Moussa Kabassan Keïta, cousin du défunt : « Kader était mon frère protecteur. C’est quelqu’un, après mes parents, qui a beaucoup participé à faire de moi ce que je suis aujourd’hui. Il a participé à mon éducation, à ma conduite dans la société. Kader Sangaré a été depuis son jeune âge au service de sa famille et de tous ses amis. C’était quelqu’un d’humble. Un de ses amis disait qu’il a été utile pour eux. Moi, je dirai qu’il a été quelqu’un de généreux. C’est quelqu’un qui n’a jamais su faire du mal à son prochain. C’est lui qui pouvait donner avec sa main droite sans que la main gauche ne le sache. Il n’avait pas de choix entre les humains.

 

Que tu sois beau, riche, pauvre, Kader résumait un homme à un humain comme lui. Sa mort est vraiment une grande perte pas seulement pour moi ou pour sa famille, mais pour tous ceux qui ont côtoyé l’homme. On le pleure aujourd’hui et on le pleurera tout le temps. Parce que ce qu’il savait faire, il n’y a que lui qui peut le faire pour le moment. Peut-être qu’après son décès, il y en aura quelqu’un d’autre. Mais pour le moment, on est dans un grand vide comme sur le désert à la recherche d’un arbre où on peut avoir de l’oxygène. Car Kader était de l’oxygène pour ses proches ».

 

Souffrant d’une insuffisance rénale, Abdoul Kader Sangaré est décédé au cours d’une dialyse, à l’âge de 69 ans. Avant d’occuper successivement les fonctions de ministre des sports, de l’environnement et du commerce, il a été le premier maire de Kankan et président de l’Association Sportive de Kaloum (ASK). Il est parti en laissant dernier lui deux veuves et neuf enfants.

Malick Diakité pour Guineematin.com

Tel : 626 66 29 27

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin