Aliou Bah, président du Model

Une nouvelle ère a commencé hier aux Etats-Unis avec la prestation de serment de Joe Biden comme 46ème président du pays. En effet, le président démocrate défend une politique nettement différente de celle de son prédécesseur à la Maison Blanche, Donald Trump. Et, ce changement est accueilli avec beaucoup de joie et d’espoir en Afrique, continent qui a été pratiquement ignoré par l’ancien président américain durant tout son mandat. Mais, quels impacts la nouvelle politique américaine peut avoir sur le continent africain ?

Un journaliste de Guineematin.com a posé la question à l’opposant guinéen Aliou Bah, président de l’organe provisoire du MoDel et connaisseur de la politique étrangère des Etats-Unis. Il estime que l’Afrique peut tirer profit notamment du retour des Etats-Unis au multilatéralisme. « En général, tous les présidents américains ont la même politique étrangère, en l’occurrence l’intérêt des Etats-Unis en priorité. Peut-être, la différence qu’il faut espérer entre l’administration Joe Biden et celle de son prédécesseur, c’est du fait que Donald Trump était partisan d’une ligne un peu isolationniste, qui consistait à un peu replier l’Amérique sur elle-même, en identifiant quelques partenaires stratégiques en matière politique, géopolitique et commerciale, et aussi sortir du multilatéralisme.

Vous vous souvenez que Donald Trump a retiré les Etats-Unis de plusieurs engagements internationaux notamment dans le cadre du réchauffement climatique, il avait réduit les activités des Etats-Unis au sein des Nations Unies etc. (…) Avec Joe Biden, qui a été vice-président de Barack Obama et qui semble être sur la même ligne que lui avec peut-être beaucoup plus d’amélioration, ce que l’Afrique peut espérer avoir, ce sont les avantages liés au retour du multilatéralisme. Ce multilatéralisme permettra à l’Afrique de tirer profit des opportunités que cela pourrait générer en l’occurrence la mondialisation, et aussi le retour des financements pour les ONG, mais aussi certains programmes de développement pour les Etats », a expliqué Aliou Bah.

Parlant du cas spécifique de la Guinée, il soutient que notre pays doit redorer son image pour bénéficier de certains avantages au niveau international. Il s’agit notamment de respecter les principes démocratiques. « Je ne peux pas dire qu’il y aura une politique spécifique des Etats-Unis sur la Guinée. Mais, tout dépendra de ce que les autorités guinéennes pourront définir comme stratégie pour tirer profit du retour des Etats-Unis dans le multilatéralisme (…). Je pense que si nous arrivons à qualifier davantage notre démocratie, à qualifier notre gouvernance, notre système éducatif, et lutter contre la corruption, bien-entendu nous pourrons être plus qualifiés pour profiter de certaines opportunités.

Donc, les problèmes de la Guinée sont d’abord internes. Ce n’est pas un mystère, nous nous éloignons de plus en plus de la démocratie, car un régime dictatorial s’est mise en place. Et, ce que le peuple de Guinée peut espérer, c’est que l’administration américaine soit plus ferme avec ce régime qui a quand même violé tous les principes démocratiques pour se maintenir au pouvoir. Si cela est fait, les Guinéens vont tirer profit du changement politique aux Etats-Unis », a laissé entendre ce jeune leader politique.

Ibrahima Sory Diallo pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 621 09 08 18

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin