Situé à 85 kilomètres du chef-lieu de la préfecture de Siguiri, le district de Kourémalé (dans la sous-préfecture de Doko) est en manque criard d’infrastructure scolaire. Avec 15 000 habitants, cette localité de la Guinée ne dispose qu’une seule école primaire, construite en 1966. Mais, ce district ne dispose d’aucun collège. Et, chaque année, les admis à l’examen d’entrée en 7ème année dans ce district de Guinée sont obligés d’aller en République du Mali pour faire des études secondaires, a appris un des correspondants de Guineematin.com dans la région de la Haute Guinée.

Être admis pour le collège est le rêve tout élève de la 6ème année. Mais, à Kourémalé, décrocher ce ticket est comme ouvrir la boite de pandore. Car, c’est inévitablement le début de l’angoisse pour les parents et le départ du domicile familiale pour ces enfants. Et, pour cause, il n’y a aucun collège dans ce district. Et, pour espérer poursuivre leurs études, ces élèves sont obligés de franchir la frontière pour aller en République du Mali. Les multiples missions, parfois conduites par des ministres de l’éducation, n’ont rien changé. Même la vieille école primaire de 1966 n’a pas bénéficié de réhabilitation.

« Ce district est vaste aujourd’hui. Mais, nous n’avons qu’une seule école publique. Si nous constatons l’état de l’école, franchement, ce n’est pas appréciable. Nous manquons cruellement de salles de classe, parce qu’avec douze groupes pédagogiques, nous n’avons que neuf salles de classe. Aussi, il n’y a pas de logements pour les enseignants ; et, l’école n’a pas de clôture. Cela fait trois ans que je suis derrière la communauté pour qu’on puisse construire trois salles de classe, mais impossible… Chaque année, des missions de l’éducation quittent Conakry et viennent jusqu’à Kourémalé ici. L’ancien ministre de l’éducation, Ibrahima Kourouma, a aussi visité cette école primaire. Nous sommes aussi en manque de collège pour les élèves qui décrochent leur examen d’entrée en 7ème année. L’année dernière, nous avons présentés 84 candidats à l’examen d’entrée en 7ème année. 60 de ses candidats ont eu leur examen, mais nous n’avons pas de collège… Mais, il y a un collège public côté malien. Et, voilà ce qui fait mal d’ailleurs. Nous formons des enfants, à partir de la 7ème année, ils vont côté malien, parce qu’il n’y a pas de collège chez nous ici. C’est déplorable », a expliqué Mohamed Kamissoko, le directeur de l’école primaire Kourémalé.

Face à cette situation déconcertante, monsieur Mohamed Kamissoko appelle les autorités guinéennes de stopper cet exode, cette fuite des cerveaux, à travers la construction d’un collège à Kourémalé. Car, « avec le départ de ces élèvent Guinéens pour les écoles du Mali, ce sont des cadres Maliens qui sont en train d’être formés ».

De Kankan, Abdoulaye N’koya SYLLA pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin