Le constat est plutôt mitigé ce vendredi, 22 janvier 2021, à l’institut supérieur agronomique et vétérinaire de Faranah (ISAV-F). Si certains enseignants observent la grève déclenchée par le SNAESURS, d’autres par contre ignorent ce mot d’ordre, rapporte le correspondant de Guineematin.com à Faranah.

 

A l’image de toutes les autres institutions d’enseignement supérieur de la Guinée, l’ISAV de Faranah a reçu hier l’avis de grève du le Syndicat National Autonome de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique (SNAESURS). Et, le responsable local de la structure syndicale dit avoir informé les enseignants à arrêter les cours ces quatre jours de grève (du 22 au 26 janvier inclusivement).

Elhadj Manty Mamady Camara, secrétaire général de la section syndicale du SNAESURS à l’ISAV de Faranah

« A l’ISAV de Faranah, cet avis de grève a été reçu hier soir très tard. Et ce matin, nous avons tenu à informer l’administration universitaire de la présence d’un avis de grève et du démarrage de la grève. Les enseignants-chercheurs, d’une manière ou d’une autre, sont largement informés du démarrage de la grève. Donc, la grève est en cours à l’ISAV de Faranah », a indiqué Elhadj Manty Mamady Camara, secrétaire général de la section syndicale du SNAESURS à l’ISAV de Faranah.

 

Cependant, le constat sur le terrain révèle que cette grève n’est pas totalement suivie. Ce vendredi matin, notre reporter a trouvé certains enseignants en classe, en train de dispenser leur cours. Mais, Manty Mamady Camara ne reconnaît pas cette situation. Au contraire, il tente de la démentir. « Je défie ceux qui tiennent de telles allégations. La grève est bel et bien observée. Il faut préciser que parallèlement au démarrage de la grève, il y a le paiement des primes d’incitation des enseignants-chercheurs qui doit démarrer aujourd’hui.

 

Donc, ceux qui ne sont pas en classe sont présents dans la cour, pas parce qu’ils sont contre la grève, mais c’est pour percevoir leur dû qui n’est pas payé depuis 4 mois. Donc, la grève est observée. Je lance un appel à l’endroit des enseignants de l’ISAV, qui consiste à observer une grève pacifique pour exiger le paiement de leur dû. La grève ce n’est pas la violence, mais la cessation des cours », a dit le secrétaire général de la section syndicale du SNAESURS à l’ISAV de Faranah.

De Faranah, Bangoura Mamadouba pour Guineematin.com

Tel : 00224620241513/660272707

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin