C’est une situation qui inquiète aujourd’hui les habitants du quartier Bordeau, dans la commune urbaine de Kankan. Depuis quelques temps, des cambriolages de maisons y sont perpétrés en plein jour par des inconnus. Le dernier cas en date a été enregistré le lundi dernier, 25 janvier 2021. Les malfaiteurs ont défoncé les portes de certaines maisons pour s’emparer de l’argent et des objets de valeurs.

Selon des informations confiées au correspondant de Guineematin.com à Kankan, c’est aux environs de 17 heures que ce cambriolage a eu lieu. Et, Facely Sanoh, journaliste reporter de la radio ‘’Bathè Fm’’ et correspondant du site d’information ‘’Africaguinee’’ fait partie des victimes de ce énième acte de vandalisme dans le quartier Bordeau. D’ailleurs, c’est la troisième fois en moins d’un mois que notre confrère se retrouve dans le viseur de ces cambrioleurs.

Facely Sanoh, journaliste reporter de la radio ‘’Bathè Fm’’ et correspondant du site d’information ‘’Africaguinee’’

« J’étais à la radio aux environs de 17 heures quand mes voisins m’ont appelé pour me dire que des inconnus ont défoncé la porte de ma chambre. Directement je suis parti sur les lieux ; et, effectivement j’ai trouvé que ma porte et deux autres portes voisines sont défoncées. Des inconnus se sont introduits dans les maisons. Moi, dans ma chambre, ils ont emporté une somme d’argent. Chez mon voisin, ils ont emporté des chaussures qui valent 200 à 400 milles francs guinéens, des montres chères et d’autres habits de valeurs… Ce n’est pas du tout la première fois que je sois victime de cambriolage, c’est la troisième fois ça en l’espace de trois semaines », a expliqué Facely Sanoh tout en précisant qu’il compte porter plainte contre X pour ce cambriolage.

Cependant, face à cette insécurité galopante, Fecaly Sanoh demande aux autorités à se lever pour veiller sur la sécurité des personnes et leurs biens dans ce quartier de la commune urbaine de Kankan.

« L’appel que je lance aux autorités c’est d’assurer la sécurité des citoyens, c’est très important. Ces malfrats peuvent trouver que nous sommes là-bas (à domicile), s’ils sont armés ils peuvent nous faire du mal. Alors, j’appelle les autorités à redoubler d’efforts pour lutter contre cette insécurité », a dit ce journaliste avec désolation.

De Kankan, Abdoulaye N’koya SYLLA pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin