Dr Faya Millimouno, président du Bloc Libéral

Comme annoncé précédemment, la fièvre hémorragique à virus Ebola a vient de réapparaitre en Guinée. Ce maudit virus a déjà fait cinq (5) morts dans notre pays. Et, son retour sur ce territoire (où il avait fait plus 2 500 morts entre 2013 et 2015) ne laisse pas indifférents les acteurs politiques.

Joint au téléphone par Guineematin.com hier, mardi 16 février 2021, Dr Faya Millimouno, le leader du bloc libéral, a qualifié de cauchemardesque la résurgence du virus Ebola.

« C’est avec beaucoup d’inquiétudes que nous avons appris le retour d’Ebola en Guinée, particulièrement en région forestière. On sait que c’est un virus qui a endeuillé beaucoup de familles la première fois qu’il est apparu sur le territoire guinéen. C’est vraiment un cauchemar d’apprendre que ce virus a réapparu. Aujourd’hui, le premier conseil qu’on peut donner aux populations, c’est de ne pas relâcher par rapport à tous les conseils d’hygiène qui sont en train de leur être donnés et la distanciation qui est un autre mot beaucoup utilisé depuis que le Covid-19 s’est aussi invité. Aujourd’hui, la protection personnelle, c’est aussi la protection de sa famille, de son village, de sa communauté et de son pays. Ça, il faut insister là-dessus auprès des populations », a dit Dr Faya Millimono.

Pour le leader du bloc libéral, le véritable combat contre ce virus Ebola aujourd’hui en Guinée réside sur l’efficacité du plan de gestion qui sera mis en place par le gouvernement.

« Pour la première fois, on ne savait pas de quel virus il s’agissait, de quelle maladie il s’agissait, quel était son mode de transmission… Mais, aujourd’hui, on a des laboratoires. Ce qui a permis la confirmation à travers les laboratoires de Guéckédou et de Conakry. Il s’agit maintenant de veiller  à ce que, sur le plan de la gestion de cette situation, que là où le virus a réapparu, que ça soit circonscrit et que les déplacements soient limités pour éviter sa propagation. Nous avons des informations comme quoi il y a des vaccins déjà homologués. La question qu’on peut se poser par rapport à ces vaccins est de savoir s’ils ont déjà été testés. Parce que ce qui serait objet de soucis, ce que si ces vaccins n’ont pas encore été testés, on ne peut pas savoir quel est leur mode de réaction sur la personne humaine. Et, s’ils ont été déjà testés, c’est de s’assurer qu’ils sont rendus disponibles pour permettre de protéger les populations », a indiqué Dr Faya Millimono.

Alpha Assia Baldé pour Guineematin.com

Tél : 622 68 00 41

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin