L’Honorable Saikou Yaya Barry de l’UFR, a fait aujourd’hui remarquer que le président Alpha Condé manque de chance et que les problèmes de la République de Guinée sont causés par la malchance du dirigeant actuel de la Guinée. « Vous avez vu le premier mandat était égal à Ebola. Le deuxième mandat est égal au coronavirus et le 3ème mandat est égal à Ebola plus coronavirus… Dans un pays, on demande toujours si le chef a une chance ; parce que si le chef a une chance, le pays va bouger, les citoyens seront en bonne santé, les citoyens seront en sécurité. Malheureusement, depuis l’arrivée d’Alpha Condé, nous avons trop de problèmes, trop de maladies, trop de dégâts, trop de tueries, trop d’injustice, trop de mal gouvernance, beaucoup de détournements de deniers publics, beaucoup de gabegies, trop de dégâts sur les biens des citoyens… ».

En assemblée générale hebdomadaire ce samedi, 20 février 2021, l’Union des forces républicaines de Guinée (UFR) a dénoncé les maux qui assaillent les guinéens depuis l’arrivée du président Alpha Condé à la tête de ce pays. Le parti de l’ancien Premier ministre, Sidya Touré, trouve que l’actuel chef de l’Etat guinéen a été une malchance pour les citoyens de ce pays.

L’UFR dénonce également le manque de clairvoyance qui caractérise la gouvernance actuelle. Et, en faisant référence aux insupportables factures d’électricités qui tombent actuellement sur la tête du guinéen, le parti républicain a pointé du doigt les tentatives du pouvoir de duper le peuple à travers le plan de riposte au COVID-19 qui avait dit rendre gratuite la fourniture d’eau et d’électricité dans le pays, rapporte un journaliste de Guineematin.com qui était sur place.

Saïkou Yaya Barry, le secrétaire administratif de l’UFR, reproche au pouvoir d’Alpha Condé d’avoir manqué de stratégies pour anticiper les différentes crises qui ont éprouvé la Guinée depuis 2010.

Honorable Saikou Yaya Barry, secrétaire administratif de l’UFR

« Vous avez vu le premier mandat était égal à Ebola. Le deuxième mandat est égal au coronavirus et le 3ème mandat est égal à Ebola plus coronavirus. Vous savez, nous n’avons pas eu la chance. Dans un pays, on demande toujours si le chef a une chance ; parce que si le chef a une chance, le pays va bouger, les citoyens seront en bonne santé, les citoyens seront en sécurité. Malheureusement, ce n’est pas ce qu’on a vécu en Guinée depuis l’arrivée d’Alpha Condé. Nous avons trop de problèmes, trop de maladies, trop de dégâts, trop de tueries, trop d’injustice, trop de mal gouvernance, beaucoup de détournements de deniers publics, beaucoup de gabegies, trop de dégâts sur les biens des citoyens. Qui en souffre ? C’est nous les pauvres citoyens, nous qui espérons vivre aisément dans notre pays. Et, tout cela, c’est parce que les mesures ne sont pas prises à temps, parce qu’ils (les gouvernants) ne connaissent pas leurs responsabilités face aux citoyens », a dénoncé l’ancien député, Saikou Yaya Barry.

En ce mois de février 2021, plusieurs citoyens de Conakry, la capitale guinéenne, ont reçu des factures d’électricité dont les montants sont très élevés. Cette situation fait déjà couler assez de salives à Conakry ; et, l’UFR se dit très préoccupée. Le parti dénonce d’ailleurs un non-respect des engagements pris par le gouvernement par rapport à la gratuité de l’eau et de l’électricité, tel que présenté dans le plan d’urgence sanitaire de 2020 par les autorités. Ahmed Tidiane Sylla, le chargé de communication de l’UFR, soutient que le gouvernement n’a pas été sincère dès le départ.

Ahmed Tidiane Sylla, chargé de communication de l’UFR

« Nous sommes tous des citoyens d’ici. Vous n’êtes pas sans savoir qu’hier on a assisté à la réception des factures d’électricité dans nos concessions. Tout le monde a été étonné de voir des montants farfelus, des montants faramineux sur ces factures ; alors qu’on nous a fait croire ici qu’en période de crise sanitaire, l’Etat a mis un plan d’urgence en place et que les citoyens ne devraient pas payer l’électricité et l’eau en cette période. A ce que nous sachons, jusqu’à présent, on n’est pas sorti de là. En tout cas, jusqu’à date, on ne nous a pas appris que l’Etat d’urgence a été arrêté. Et, pire que ça, on se rend compte aujourd’hui qu’avec les chiffres qu’on a vus sur ces factures… On veut nous les faire payer, alors qu’on nous avait dit que cela est gratuit. Aujourd’hui, il y a des citoyens qui se retrouvent avec des factures d’un million, de deux millions et de six millions ; alors qu’ils ne payaient au paravent que 40 mille, 50 mille et 90 mille francs guinéens. Dans ce cas, où allons-nous ? Mais, ce qu’il faut comprendre dans tout ça, lorsqu’il s’est agit de préparer le plan d’urgence sanitaire, le gouvernement avait facturé le coût de l’électricité qui était de l’ordre de 46 millions de dollars ; et, cela a créé des problèmes entre le ministre de l’énergie et la ministre du plan et de la coopération », a dénoncé Ahmed Tidiane Sylla.

Mamadou Bhoye Laafa Sow pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin