Boubacar Diallo, alias ‘’Grenade’’

Le procès en appel de Boubacar Diallo, alias ‘’Grenade’’ (en détention depuis le 22 juin 2018 et condamné à 10 ans de réclusion criminelle en première par le tribunal criminel de Dixinn), s’est poursuivi hier, vendredi 19 février 2021, à la Cour d’Appel de Conakry. Ce jeune militant de l’UFDG est poursuivi pour « détention illégale d’arme et de tentative de meurtre ». Des faits pour lesquels le ministère public a requis 10 ans de prison à son encontre ; mais, que les avocats de la défense dénoncent, rapporte un journaliste de Guineematin.com qui était sur place.

L’audience de ce vendredi a essentiellement porté sur les réquisitions et plaidoiries des parties au procès dans cette affaire. Et, le procureur Mohamed Kaba s’est montré peu clément à l’égard de l’accusé Boubacar Diallo. Le parquetier a expliqué que les faits articulés contre ce jeune détenu sont fondés. Il a accusé Boubacar Diallo d’avoir ouvert le feu sur des « gardes » qui étaient postés à l’ancien siège du RPG arc-en-ciel à Hamdalaye, dans la commune de Ratoma. Et, par conséquent, le procureur Mohamed Kaba a demandé à la Cour de confirmer la peine de 10 ans prononcée contre Boubacar Diallo en première instance.

« C’est suite à l’enterrement de Mamadou Sadou Diallo, l’un des garde du corps de l’ancien chef de file de l’opposition, que Boubacar Diallo, alias Grenade, a violé les consignes de son leader bien aimé. Après l’enterrement au cimetière de Bambeto, Boubacar Diallo s’est rendu à l’ancien siège du RPG arc-en-ciel pour tirer sur les gardes qui étaient postés au siège. Boubacar Diallo, avec l’arme qu’il détenait, a tiré à l’endroit de ces gardes. Ce sont les agents d’Elhadj Cellou Dalein Diallo qui l’ont dénoncé ; et, nous avons leurs noms ici. Donc, n’eût été les gaz lacrymogènes lancés par les gendarmes, les balles allaient les atteindre. Donc, la tentative de meurtre est bel et bien établie à son encontre. Boubacar Diallo, alias Grenade, n’est pas militaire, il n’est pas de l’armée guinéenne. Mais, Boubacar Diallo aime porter des casquettes militaires, des pantalons militaires. Ces agissements sont en porte à faux avec la paix. Ce n’est pas un homme de paix, c’est un leader qui draine des foules. Il nous a fait croire ici comme dans un film de fiction que c’est à cause d’une aubergine qu’il a ramassée qu’il a eu le nom de grenade. Mais, cette aubergine n’a aucun lien avec les casquettes et les pantalons militaires qu’il aime porter… Donc, les faits pour lesquels il est poursuivi sont fondés et le premier juge (celui qui a rendu la décision en première instance) a fait une saine application de la loi », a expliqué le procureur Mohamed Kaba.

Mais, ces réquisitions du ministère public ont été immédiatement balayées d’un revers de la main par les avocats de la défense. Et, par la voix de Me Mohamed Traoré, ils ont demandé au tribunal de relaxer leur client.

A suivre !

Saïdou Hady Diallo pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin