Maitre Paul Yomba Kourouma, avocat

La colère est grande chez les avocats des Etablissements Alsény Bangoura et associés, qui poursuivent la Banque centrale de la République de Guinée et son gouverneur, Louncény Nabé, pour abus de confiance et rébellion à la loi. Alors qu’ils s’attendaient à l’exécution du mandat d’amener décerné récemment contre les prévenus, ces avocats ont été désagréablement surpris de trouver que le dossier n’est pas inscrit au rôle du tribunal de première instance de Kaloum, ce lundi 22 février 2021. Ce qui révolte Me Paul Yomba Kourouma, l’un des avocats de la partie civile, qui accuse le ministre de la justice de s’être immiscé dans cette affaire judiciaire.

« La surprise est d’autant plus grande que nous avons avec beaucoup d’amertume, constaté ce matin, l’absence même du procureur de la République près le tribunal de première instance de Kaloum dans sa juridiction. Et, il a emporté avec lui le dossier de la procédure Alsény Bangoura et associés contre M. Louncény Nabé (gouverneur de la Banque centrale de la République de Guinée) devant le procureur général près la Cour d’appel de Conakry. Il a donc retiré le dossier à M. le juge (du TPI de Kaloum), il l’a emporté pour des raisons que nous, nous ne savons pas, et qu’il ne saurait juridiquement justifier devant le procureur général.

C’est-à-dire que l’implication du département de la justice dans cette affaire a payé, parce que le ministre de la justice, garde des sceaux, a fait une irruption dans les affaires judiciaires en apportant des démentis par rapport au mandat d’amener décerné (…). Le ministre de la justice est censé être le gardien de la loi, de la légalité, du respect des institutions, des décisions de justice. Mais, il bascule malheureusement vers les personnes mises en cause dans cette affaire, peut-être en raison de leur position administrative, sociale, en raison de leur fortune. Ce dossier ne peut quitter le tribunal de première instance de Kaloum pour être dans le bureau de M. le procureur général s’ils n’ont pas reçu d’ordre de M. le ministre de la justice, garde des sceaux », soutient-il.

Dr Louncény Nabé, Gouverneur de la Banque centrale de la République de Guinée (BCRG)

Pour justifier la non-comparution du gouverneur de la BCRG dans cette affaire, la Banque centrale a publié récemment un communiqué dans lequel elle précise que les Etablissements Alsény Bangoura et associés ont plutôt un contentieux avec le patrimoine bâti public et non avec elle et son gouverneur. Ce que dément catégoriquement Me Paul Yomba Kourouma. « Le communiqué récemment publié est un communiqué mensonger. Les établissements Alsény Bangoura et associés n’ont aucun compte à régler avec le patrimoine bâti public qui, suite à sa condamnation, et après avoir exercé les voies de recours qui n’ont pas abouti, a demandé au gouverneur de la Banque centrale de payer, de débiter son compte domicilié à la BCRG.

Donc, les montants étant suffisants pour payer la chose, la créance se voit désormais déplacée. C’est le gouverneur de la Banque centrale qui refuse de payer, peut-être parce qu’il a détourné le montant, il ne peut plus le représenter. Sinon il a reçu de paiement, il a refusé de payer. Désormais, la Banque centrale a à faire avec les établissements Alsény Bangoura et associés », a laissé entendre l’avocat, qui menace de poursuivre le procureur de la République près le tribunal de première instance de Kaloum, si ce dernier n’exécute pas le mandat d’amener décerné contre le gouverneur de la BCRG.

« Un mandat est décerné, ce mandat n’est pas révoqué, il souffre dans son exécution. Le procureur a fui ses locaux, il a trouvé refuge au parquet général et avec lui le dossier. On ne sait quel traitement ils sont en train de faire. Nous attendons son retour pour que le mandat soit exécuté. Parce que si le mandat ne s’exécute pas, nous allons le poursuivre lui-même (le procureur de Kaloum, ndlr). Mais ne cautionnerais jamais cette illégalité, cette injustice. La loi est faite pour tout le monde. Le gouverneur de la Banque centrale n’est pas couvert par l’immunité. Il gère une institution autonome qui est dotée de la personnalité morale, juridique et de l’autonomie financière. Il est responsable de ses actes vis-à-vis des tiers. Il doit répondre », a dit Me Paul Yomba Kourouma.

Mamadou Bhoye Laafa Sow pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin