Les problèmes de gestions financières refont surface à la mairie de la commune rurale de Dogomet, dans la préfecture de Dabola. Une quinzaine de conseillers (sur vingt trois) accusent le maire, Moustapha Camara, de malversation financière portant sur deux activités réalisées dans leur commune en 2020. Il s’agit de la rénovation d’un poste de santé et un potager où les femmes font le maraichage. L’exécutif communal dit avoir dépensé 85 millions de francs guinéens, alors que la commune n’aurait dépensé que 35 millions…

Selon Alpha Mamoudou Barry, un des porte-paroles des conseillers frondeurs, face à une mission envoyée par le préfet de Dabola pour contrôler les activités réalisées par la mairie, l’exécutif communal a dit avoir réalisé deux activités à hauteur de 85 millions de francs guinéens.

« La préfecture a envoyé une mission, l’exécutif communal a dit avoir dépensé 39 millions pour la rénovation du poste de santé, alors que c’est 13 millions en réalité. A la COMADO où les femmes font le jardinage, ils ont dit à la mission qu’ils ont dépensé 40 millions. Or, après le calcul, on a compris qu’ils ont dépensé 6 millions, juste pour acheter les rouleaux de grillage. Ainsi, la mission leur a demandé où se trouve le reste de l’argent. Mais, quand nous (les conseillers) nous sommes retrouvés, ils nous ont dit qu’ils ont dépensé treize millions neuf cent quatre vingt sept mille », a expliqué monsieur Barry.

Moustapha Camara, maire de Dogomet

Egalement interrogé par Guineematin.com, monsieur Moustapha Camara, le maire de la communale rurale de Dogomet, a balayé ces accusations d’un revers de la main. Le numéro un de la commune rurale de Dogomet a indiqué que c’est à cause de la pandémie du Covid-19 que la mairie n’a pu recouvrer cette somme. « Les 85 millions étaient la prévision pour le coût total de ces activités ; mais, pratiquement, c’est 35 millions qui ont été encaissés qu’on a utilisés, parce que le recouvrement dans les marchés était à 60% à cause du Covid 19. Malgré cela, dans le plan du développement de 2021, on a reconduit les activités de 2020 parce qu’ils ne sont pas achevées. Le poste de santé et le potager pour les femmes ne sont pas encore terminés à 100% », a rappelé le maire.

Le lundi dernier, 22 février 2021, le maire a convoqué une session extra ordinaire où plusieurs sujets ont été débattus. Les conseillers frondeurs ont exigé que les activités prévues au compte de 2020 soient réalisées avec l’argent mobilisé au cours de cette année et non celui mobilisé en 2021.

A rappeler que ce n’est pas la première fois que le maire de la commune rurale de Dogomet, Moustapha Camara, est cité dans une prétendue malversation financière. Au mois de juin 2020, une foudre s’était abattue sur le district de Dambédounkiya, relevant de la sous-préfecture de Dogomet. Le drame avait fait six (6) morts et treize (13) blessés. Après avoir bénéficié d’une aide gouvernementale, les familles des victimes avaient accusé le maire et le sous-préfet d’avoir soustrait 28 millions de la somme que le gouvernement leur avait offerte.

Abdoulaye N’koya SYLLA pour Guineematin.com

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin