Dr Sakoba Keita, directeur général de l’Agence Nationale de Sécurité Sanitaire (ANSS)

« Maintenant, c’est toutes les semaines qu’on enregistre des cas de décès. Et, ça frappe même très fort les gens qui ont moins de 50 ans ; alors que la première vague, c’était un peu les personnes âgées. Nous avons aujourd’hui beaucoup de nos agents de santé qui ont été frappés par cette maladie qui, parfois même, ont besoin d’être réanimés. C’est pour vous dire que la nouvelle variante frappe les jeunes et entraîne même des morts parmi les jeunes », a annoncé Dr. Sakoba Kéita.

Face à l’augmentation des cas de coronavirus en République de Guinée, plusieurs journalistes pourraient être vaccinés dans les prochains jours à Conakry. L’annonce a été faite par le Directeur général de l’Agence Nationale de la Sécurité Sanitaire (ANSS), Dr Sakoba Kéïta à l’occasion d’une conférence de presse animée ce vendredi, 26 février 2021, rapporte un journaliste que Guineematin.com avait dépêché au siège de l’ANSS.

Durement touchés par la maladie du coronavirus depuis le début de son apparition en Guinée, les hommes de médias pourraient être vaccinés au même titre que le personnel sanitaire. Même si aucune date n’a été indiquée, le Directeur général de l’ANSS, Dr Sakoba Kéïta, a révélé que l’opération pourrait bien démarrer la semaine prochaine.

« La bonne nouvelle, c’est qu’à partir de demain (samedi, 27 février 2021 : ndlr) l’ANSS est en train de se préparer pour coupler l’application des mesures barrières à la vaccination. S’il plaît à Dieu, en début de semaine prochaine, nous allons recevoir des quantités de vaccins que nous voulons immédiatement administrer aux personnes cibles que nous avons choisies. Bien sûr que nous allons commencer par nous-mêmes parce que la charité bien ordonnée commence par soi. Et, de l’autre côté aussi, c’est vous (les journalistes : ndlr) qui nous aidez à communiquer, vous serez vaccinés », annonce le Directeur général de l’ANSS.

A en croire le DG de l’ANSS, le nombre de cas liés au coronavirus a augmenté ces derniers jours en Guinée, d’où la nécessité d’ouvrir d’autres centres d’isolement des malades. « Le nombre de cas de Covid-19 est très grand. Pratiquement, nous sommes à un taux d’occupation des lits qui avoisine les 80%. Nous sommes même obligés d’ouvrir le centre d’isolement de Sonfonia d’ici le lundi parce que les autres sont déjà à plein régime. Donc, il faut reprendre la sensibilisation. C’est vrai que l’Etat avait mis des mesures d’allègement ; mais, on s’est rendu compte que ces mesures ont été mal interprétées parce qu’on n’a pas fini avec la maladie et certains ont jeté les bavettes. La maladie qui n’était pas partie a rebondi. Maintenant, c’est toutes les semaines qu’on enregistre des cas de décès. Et, ça frappe même très fort les gens qui ont moins de 50 ans ; alors que la première vague, c’était un peu les personnes âgées. Nous avons aujourd’hui beaucoup de nos agents de santé qui ont été frappés par cette maladie qui, parfois même, ont besoin d’être réanimés. C’est pour vous dire que la nouvelle variante frappe les jeunes et entraîne même des morts parmi les jeunes », a-t-il annoncé.

Il faut rappeler que depuis le premier cas dans notre pays, plus d’une dizaine de journalistes ont été contaminés. Plusieurs d’entre eux ont d’ailleurs été durement éprouvés par la maladie, avant de recouvrer leur santé.

Alpha Assia Baldé pour Guineematin.com

Tél : 622 68 00 41

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin