La troisième édition du Forum national sur les droits des communautés riveraines des zones Minières de Guinée (FOCOMINES) a été lancée à Conakry hier, mardi 02 mars 2021. Ce forum de deux jours regroupe des délégations venues des communautés locales, du ministère des mines, du ministère de l’environnement, des acteurs de la société civile et les représentants des sociétés minières. Il vise à réunir les parties prenantes pour un partage d’expériences de bonnes pratiques en vue d’identifier des pistes de plaidoyers à l’endroit du gouvernement et des entreprises pour une exploitation minière responsable et profitable à tous, a appris Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Organisé par l’ONG Action Mines Guinée en partenariat avec OSIWA, ce forum consiste à aider la Guinée à traduire son potentiel minier en richesse pour sa population. Et, pour Amadou Bah, Directeur exécutif de l’ONG Action Mine Guinée, cette rencontre est occasion de mettre en lumière les défis de la gouvernance dans le secteur minier guinéen et faire des recommandations en vue d’une amélioration de la situation.

Amadou Bah, Directeur exécutif de l’ONG Action Mine Guinée

« Aujourd’hui, c’est le début de la troisième édition du FOCOMINES, la plateforme d’échange et de discussions entre les acteurs évoluant dans le secteur minier notamment, l’État à travers le ministère des mines et de la géologie et le ministère de l’environnement, mais aussi la société civile et les sociétés minières, sans oublier les communautés et les élus locaux qui ont effectué le déplacement. Donc, ce forum est un forum où nous allons diagnostiquer les défis de la gouvernance. Nous allons proposer des recommandations allant dans le sens d’améliorer les réformes en cours dans le pays et à travers bien sûr les actions concrètes et des planifications beaucoup plus précises. Le défi, c’est comment faire de sorte que la gouvernance soit une gouvernance participative et que les revenus issus du secteur extractives soient redistribués à l’ensemble des guinéens et que le secteur minier soit un levier de croissance, un levier qui peut booster en fait les autres secteurs afin que le pays ait un développement assez solide, » a-t-il expliqué.

En Guinée, l’exploitation minière rime généralement avec une forte agression de la nature et une pollution des eaux. Cela engendre d’énormes problèmes dans les zones d’exploitation. C’est le cas notamment à Boké où le couvert végétal est décimé à un rythme effréné. Et, c’est eu égard à tous ces problèmes que Mamadouba Tawel Camara, le maire de la commune urbaine de Boké, a plaidé à ce forum pour une « compensation » des populations par les sociétés minières.

Mamadouba Tawel Camara, Maire de la commune urbaine de Boké

« Aujourd’hui, les problèmes qui sont dans nos localités, ce sont les problèmes du respect du contenu local. Il y a aussi des problèmes des services de base, c’est-à-dire eau et électricité. Beaucoup de nos marigots et de nos cours d’eau ont tari. Nos eaux sont polluées par l’effet d’exploitation de la bauxite. Il y a des moments, des eaux qui arrivent dans nos sources, on ne peut pas boire. Nous avons aussi des problèmes de destruction de nos voiries. Au-delà de ça, avec déjà l’effet d’une démographie galopante aujourd’hui à Boké, ça a des conséquences non seulement au niveau sanitaire et au niveau de la recherche de l’emploi le nombre a augmenté, mais ça a aussi des impacts au niveau du système éducatif. Egalement, nous avons des conséquences au niveau de l’agriculture. Vous savez qu’avec la poussière sur les plantes au moment de la photosynthèse ou au moment de la floraison, notre production à Boké et dans toutes les zones minières a baissé. Donc, voilà quelques conséquences que nous avons. Aujourd’hui, nous souhaitons qu’on ait un barème national de compassion pour qu’il n’y ait pas de problème entre les communautés et les entreprises qui viennent s’installer. Nous souhaitons que ce forum puisse nous édifier mieux », a dit Mamadouba Tawel Camara.

Présent à cette rencontre, Aboubacar Kourouma, directeur général du bureau de stratégie de développement au ministère des mines a fait mention des avancées enregistrées ces dernières années dans le secteur minier et qui sont en faveur de l’épanouissement des guinéens.

Aboubacar Kourouma, Directeur général du bureau de stratégie de développement au ministère des mines et de la géologie

« Nous venons expliquer un peu les réalités du secteur minier, notamment des réformes qui ont été engagées depuis quelque temps, mais aussi des résultats qui ont été obtenus. Mon rôle était d’abord au nom du ministre des mines et de la géologie, Monsieur Abdoulaye Magassouba d’ouvrir l’atelier aussi d’être panéliste pour parler des réformes. Comme vous voyez, toutes les collectivités de la Guinée actuellement bénéficient des retombées de façon directe, parce que le budget de l’État est alimenté. Mais particulièrement, les communautés, il y a eu quand même la mise en œuvre de la politique minière qui est dans le code minier et qui est la mise en œuvre de l’ANAFIC et du FODEL. Ce sont des retombées directes ; et donc, Boké fait partie de ces communautés-là. On peut parler d’autre chose, mais c’est déjà des impacts directs. C’est important qu’on sache que le ministère des mines a un cahier de charge un peu précis qui s’intéresse plutôt à la dynamique du secteur minier. On a nos limites dans nos activités,  il y a beaucoup de questions qui nous sont souvent adressées mais qui ne sont pas les nôtres.  Parce qu’en fait, ce sont des questions souvent gouvernementales, des actions gouvernementales qui doivent être mises en place pour résoudre certains problèmes, notamment les problèmes environnementaux, le problème d’utilisation des revenus miniers », a indiqué Aboubacar Kourouma avant de déclarer ouvert les travaux du présent forum.

Mohamed DORE pour Guineematin.com

Tel : +224 622 07 93 59

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin