Avec des économies durement éprouvées par la crise sanitaire liée au COVID-19, les populations de Kankan (dans la région de la haute Guinée) sont actuellement désappointées par les factures d’électricité. Ces factures, distribués par la société EDG (électricité de Guinée), contiennent des montants qui donnent de la migraine aux citoyens.

Certains abonnés de la guinéenne d’électricité ont vu leurs factures multipliées par trois, alors que leurs consommations du courant n’ont quasiment pas variées. La situation suscite étonnement et angoisse dans la cité ; et, le silence de l’agence locale de l’EDG fait enfler la suspicion, rapporte le correspondant de Guineematin.com à Kankan.

Depuis la fin de la gratuité de l’électricité, les populations guinéennes ont repris le chemin des guichets d’EDG pour payer leurs factures de consommation du courant. Mais, dans la préfecture de Kankan, les factures de la guinéenne de l’électricité sont très salées. Elles suscitent même des cris de désarroi. Et, le lundi dernier, 1er mars 2021, les protestations ont rythmé l’ambiance au siège de l’EDG, au quartier ‘’Energie’’, dans la commune urbaine.

Sidiki Keira

« Avant que l’Etat ne décide de prendre en charge les factures, je n’avais jamais de problème pour payer mes factures. Mais là, on me demande de payer 185.000 FG, c’est largement au dessus de mes moyens. Donc, je suis venu payer une tranche, parce que je n’aime pas voir mon foyer dans l’obscurité. Mais, c’est quand même décevant de voir nos factures galoper alors que notre desserte même en courant est très limitée et jamais stable », a déploré Sidiki Keira, un père de famille venu payer sa facteur d’électricité.

La facture en main, Daouda Condé est visiblement déboussolé par le montant qu’on lui demande de payer. Il accuse EDG de vouloir lui faire payer plus que ce qu’il devrait…

Daouda Condé

« Habituellement, notre facture n’excède jamais 52.000 francs. Mais, récemment, EDG nous a envoyé une facture de 73.000 francs, alors qu’on n’a rien ajouté de particulier à notre consommation habituelle. Malgré cela, ma mère est venue pour  payer la facture, on lui a dit au niveau de la caisse que c’est plutôt 180.000 francs. Donc, elle n’a pas pu payer. Alors, je suis venu avec 100.000 francs pour payer au moins une tranche ; mais, ils me disent encore qu’on doit payer 280.000 francs », a confié Daouda Condé.

Contraire à monsieur Condé, Rokiatou Camara a payé sa facture. Mais, elle a encore la main au menton. Le tarif de sa consommation a plus que doublé, sans qu’elle n’ait aucune explication de la part de l’EDG.

Rokiatou Camara

« Il y a une très grande différence entre ce qu’on avait l’habitude de payer avant et maintenant. Personnellement, je ne consomme pas beaucoup l’électricité. Je n’ai qu’une télévision et quelques ampoules ; mais, je viens de payer 75.000 francs comme ça. C’est trop élevé. Avant, je payais entre 35.000 et  50.000 francs au maximum. Donc, j’aimerais bien que le gouvernement et les responsables d’EDG nous expliquent ce qui ne va pas au juste. Parce qu’on a comme l’impression que ce sont les mois de gratuité qui ont été rajoutés sur nos factures », a-t-elle indiqué.

A noter que malgré ces nombreuses plaintes, la direction locale d’EDG baigne dans un silence de mort. Aucune explication, aucune orientation n’a encore été donnée aux pauvres populations de la capitale de la Haute Guinée sur la hausse des tarifs d’électricité.

De Kankan, Abdoulaye N’koya SYLLA pour Guineematin.com

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin