Honorable Dr Zalikatou Diallo, première Vice-présidente de l’Assemblée nationale

En marge de la célébration de la journée internationale des droits des femmes ce lundi, 8 mars 2021, l’Honorable Dr Zalikatou Diallo, première Vice-présidente de l’Assemblée nationale, a accordé un entretien à Guineematin. Elle est revenue sur l’historique de la promotion de la femme en Guinée, saluant de « grandes avancées » obtenues dans ce domaine.

Cette année, les festivités du 8 mars ont été reportées en raison de la propagation de la pandémie du coronavirus en Guinée. Toutefois, ce grand événement mondial n’est pas passé sous silence dans le pays. Car, souligne Dr Zalikatou Diallo, « la journée du 8 mars est une journée très importante pour nous les femmes de Guinée, qui nous permet d’évaluer notre parcours, d’apprécier les points forts et les points faibles. Ce qui peut nous permettre de consolider les acquis et de trouver des solutions aux points faibles. Cette revue à mi-parcours nous permettra de nous remettre en cause et de faire face surtout aux multiples défis qui nous interpellent ».

Et le constat fait par la première Vice-présidente de l’Assemblée nationale est plutôt reluisant. Elle relève beaucoup d’efforts fournis par les décideurs guinéens pour favoriser l’émancipation de la couche féminine. « La première République a fait de l’émancipation de la femme son cheval de bataille. Le président Ahmed Sékou Touré a beaucoup œuvré pour émanciper la femme guinéenne et par-delà, la femme noire, voire la femme d’Afrique en général. Il a nommé, Hadja Jeanne Martin Cissé au poste de représentante de la Guinée auprès des Nations Unies, et en 1972, elle a présidé à la réunion du Conseil de sécurité.

C’était la première fois qu’une femme préside le Conseil de sécurité. Il a nommé plusieurs femmes à diverses fonctions administratives et politiques. Sur le plan culturel, il a créé la première formation orchestrale entièrement féminine, qu’on appelle les amazones de Guinée. Il y a eu Mme Binta pilote très connue du public guinéen. C’était une première fois qu’une femme soit pilote en Afrique (…) Et c’est sans compter les héroïnes nationales : M’Balia Camara et Hadja Mafory Bangoura, qui se sont illustrées dans la lutte pour l’indépendance de la Guinée…

Sous la deuxième République, avec le Président Lansana Condé, la représentativité des femmes dans le gouvernement est passée de 1 à 6 avant de péricliter à 4 puis 3. Et au niveau de la société civile, des organisations comme la CONAG-DCF se sont illustrées dans la promotion de la femme. Les Hadja Nanfadima Magassouba, Hadja Diakhagbé Kaba et leurs camarades se sont vaillamment illustrées. Côté syndical, Hadja Rabiatou Sérah Diallo est une fierté nationale, voire internationale.

Il faut le souligner avec insistance que sous le magistère du Pr Alpha Condé, le statut de la femme a connu d’importantes améliorations. Sur le plan structurel et institutionnel, le gouvernement a mis en place tout l’arsenal législatif et il continue de consolider le cadre juridique. La Constitution en son article 9, introduit la parité. Un texte portant sur la parité homme-femme est déjà voté (à l’Assemblée nationale), le Code civil également contient de grandes avancées dans le cadre de l’égalité homme-femme.

Sur le plan politique, en 2013 et 2018, les listes de notre parti, le RPG Arc-en-ciel, ont été conduites par des femmes. C’est une première en Guinée. La Directrice de campagne de notre Président-fondateur était également une femme en 2010. Dans les institutions, l’ascension des femmes continue à tous les niveaux. Dans le gouvernement actuel, nous avons 10 femmes ministres. Qu’elles trouvent ici toutes nos félicitations et nos encouragements.

A l’Assemblée nationale, la 1ère Vice-présidence, que j’occupe, la 3ème Vice-présidence, le 1er poste de secrétaire parlementaire, le 2ème poste de la questure, et au moins trois postes de présidence de commissions, la 1ère vice-présidence de la commission économique et financière, sont tous occupés par des femmes. C’est le lieu pour moi, de renouveler toute ma gratitude et ma reconnaissance à notre Président-fondateur du parti, le RPG Arc-en-ciel, du Bureau politique national, du Comité central, des organismes à tous les niveaux, des militantes et militants de notre grand parti pour la confiance placée en nous pour occuper ces hautes fonctions », a dit l’Honorable Dr Zalikatou Diallo.

Poursuivant son constat, l’ancienne présidente du Forum des femmes parlementaires de Guinée (FOFOPAG) souligne que sur le plan économique, le président de la République a initié et soutenu de nombreux programmes, dont les MUFFA et des MC2. Des micro-finances « qui couvrent pratiquent tout le pays à la grande satisfaction des femmes de Guinée », a dit la députée du parti au pouvoir, tout en promettant de continuer le combat en faveur de l’émergence des femmes guinéennes.

« A l’Assemblée nationale, nous comptons travailler avec les députés de toutes les obédiences pour la modification du Code électoral, en vue d’introduire les nouvelles dispositions de la Constitution favorisant l’émergence des femmes. Cela permettra d’élire prochainement plus de femmes que maintenant aussi bien dans les communes qu’à l’Assemblée nationale, voire les conseils régionaux et locaux. Nous allons nous battre pour que les textes d’application suivent l’adoption de ces différentes lois.

Nous sommes déjà confiantes avec le soutien du président de la République, le Pr Alpha Condé, et du président de l’Assemblée nationale, Honorable Amadou Damaro Camara, pour que la Guinée conforte sa position de leadership sur le continent dans le cadre de l’émancipation de la femme. Nous savons que la volonté politique existe, les femmes sont engagées et sûrement les résultats vont suivre pour que l’égalité homme-femme soit effective en Guinée », a dit Dr Zalikatou Diallo.

Abdallah BALDE pour Guineematin.com

Tél : 628 08 98 45

Facebook Comments Box

Commentaires

Alpha Guineematin.com