Conakry : la famille de Mounir Diallo menace de traduire NSIA Assurance en justice

Mamadou Mounir Diallo, victime d’accident de la circulation

Lassée de courir pour réclamer la prise en charge de leur fils -accidenté en août 2019 à Coyah par un camion de la société TTM (Transport Terrassement Minier)- la famille de Mamadou Mounir Diallo menace de trimballer la société NSIA Assurance en justice. Cette famille réclame plus de 14 millions de francs guinéens à NSIA, en plus de la réparation (dommages et intérêts) du préjudice qu’elle exige. Elle accuse NSIA Assurance de refuser de payer les frais de prise en charge du jeune homme suite à l’accident qu’il a subi, a appris Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Selon nos informations, la société TTM est assurée chez NSIA par le biais de la société SAFRICAR. Et, c’est un camion de TTM qui a accidenté Mamadou Mounir Diallo en 2019. Le jeune homme a eu la vie sauve, mais il est sorti de cet accident avec des fractures et des blessures. Et, pour ses soins médicaux, c’est NSIA assurance qui devait assurer les frais. Malheureusement, il n’en a pas été ainsi. NSIA assurance s’est dérobée de cette charge pour finalement la mettre sur le dos de SAFRICAR. Et jusque-là, toutes les démarches menées par la famille de la victime dans le but d’amener NSIA à s’acquitter de ses obligations sont restées vaines.

Alpha Oumar Diallo, frère de Mamadou Mounir

« Mon jeune frère a été accidenté le 24 août 2019 à Coyah. Les premiers soins ont été effectués à Coyah. Après, on l’a emmené dans une clinique à Sonfonia où il a continué le traitement jusqu’à un certain niveau. Je suis parti voir le propriétaire du camion qui appartient à une société dénommée TTM (Transport Terrassement Minier) où madame la directrice m’a très bien reçu. Elle m’a dit qu’au lieu de me donner un montant qui ne va pas couvrir les frais de traitement du jeune, elle préfère m’envoyer vers l’assurance. C’est ainsi qu’elle m’a orienté vers SAFRICAR.

Quand je suis parti chez SAFRICAR, leur directeur m’a dit que NSIA Assurance qui devait s’en occuper. A NSIA aussi, ils nous ont dit que c’est SAFRICAR qui doit s’en charger. Ils se sont mis à se rejeter la responsabilité pour la prise en charge pendant que mon jeune frère souffrait énormément. J’ai contracté donc des dettes pour faire son traitement tout en espérant que l’assurance allait faire face à ses responsabilités pour que je puisse rembourser mes créanciers. Mais j’ai marché pendant 6 mois environ entre SAFRICAR et NSIA Assurance sans avoir la prise en charge du malade.

C’est ainsi que j’ai menacé de traduire en justice SAFRICAR qui est l’intermédiaire entre la société TTM et NSIA Assurance, parce que la jambe du jeune risquait d’être amputée. Après cette menace, NSIA Assurance a appelé un médecin qui est Ignace Deen pour lui demander de s’occuper du traitement de mon jeune frère. Mais jusqu’à présent, on n’a aucun document qui prouve qu’on a une prise en charge. Le jeune a suivi le traitement jusqu’au moment où le médecin nous a délivré un certificat de guérison le 08 février 2021 », a expliqué Alpha Oumar Diallo, grand frère de la victime.

Selon notre interlocuteur, après la sortie de son frère du CHU Ignace Deen, des démarches ont été menées de nouveau auprès de NSIA Assurance pour tenter d’obtenir le remboursement de l’argent que la famille a dépensé à l’hôpital. Mais, comme pour la première fois, la société est restée de marbre devant les réclamations. C’est pourquoi la famille de Mamadou Mounir Diallo compte désormais saisir la justice pour être rétablie dans ses droits.

« J’ai fait une lettre de rappel de paiement des frais médicaux qu’on avait effectués avant qu’on arrive à Ignace Deen, ils refusent de payer. Maintenant, je compte aller vers la justice, parce que je vois que notre dossier a été classé, personne n’en parle. Je réclame ces frais d’un montant de 14 millions et quelques francs, parce que le coût total des frais s’élève à 20 millions 72 mille 500 francs, ils ont payé 5 millions 820 mille francs. Il reste 14 millions 905 mille 500 francs à rembourser. En plus de ça, NSIA Assurance doit verser des dommages et intérêts à mon jeune frère, puisqu’il a perdu son boulot », a dit Alpha Oumar Diallo.

Alpha Assia Baldé pour Guineematin.com

Tél : 622 68 00 41

 

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS